2 min de lecture Faits divers

Seine-Saint-Denis : un lourd arsenal découvert dans une cache

Des armes, parmi lesquelles un lance-roquettes, de l'argent liquide et des stupéfiants, ont été saisis selon les informations du "Parisien". Deux hommes ont été mis en examen samedi 19 août.

Des voitures de police (illustration)
Des voitures de police (illustration) Crédit : VALERY HACHE / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Des armes, des stupéfiants, et de l'argent liquide... Surprenante saisie dans un local à vélo de la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis. Selon des informations révélées ce dimanche 20 août par Le Parisien, deux hommes de 30 et 40 ans ont été mis en examen pour trafic d’armes et de stupéfiants dans la soirée du samedi 19 août à Paris, après la découverte, par les enquêteurs de la police judiciaire, d'un important arsenal. Soupçonnés d’avoir approvisionné les "nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parisienne" en armes depuis 2017, ils ont été écroués.

Depuis le début du mois d'août, les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le crime organisé s'attelaient à remonter la piste de fournisseurs en armes et autres stupéfiants. L'enquête s'est accélérée jeudi 17 août, lorsque deux hommes ont été interpellés dans les cités du Franc-Moisin et Jacques-Duclos. Une perquisition, menée dans la foulée dans un ancien local à vélo, a mis au jour une cache qui recelait d'"un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés", d'après la liste dressée par le quotidien. Les policiers ont également saisi "40 kg de résine de cannabis", 10.000€ en liquide ainsi qu'un attirail pour se faire passer pour de faux policiers.

Déjà connus de la justice pour recel de vol, trafic de stupéfiants et trafic d'armes selon Le Parisien, les deux individus ont été placés en garde à vue à la Direction centrale de la police judiciaire à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Le principal suspect a reconnu être le propriétaire du contenu du local à vélo, le second soutient qu'il a eu un rôle secondaire, selon Le Parisien. L'enquête doit entre autres déterminer à qui était destiné le lance-roquettes et comment les deux malfaiteurs se le sont procuré. "Compte-tenu du contexte, on pense que cela aurait pu servir à attaquer un fourgon blindé", affirme dans le quotidien une source proche du dossier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Seine-Saint-Denis Saint-Denis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants