1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Sarcelles : un rassemblement pro-palestinien dégénère
2 min de lecture

Sarcelles : un rassemblement pro-palestinien dégénère

EN IMAGES - Des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants ont éclaté à l’issue d’un rassemblement pro-palestinien à Sarcelles (Val-d’Oise), où vit une importante communauté juive.

Scènes de guérilla urbaine à Sarcelles, le 20 juillet 2014.
Scènes de guérilla urbaine à Sarcelles, le 20 juillet 2014.
Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Scènes de guérilla urbaine à Sarcelles, le 20 juillet 2014.
La pharmacie de Sarcelles a été incendiée.
Un magasin d'alimentation a été incendié, à Sarcelles, samedi 20 juillet 2014.
Lors de la dispersion du rassemblement, une partie des jeunes manifestants se sont engouffrés dans Sarcelles, vers des positions de CRS
Des manifestant pro-palestiniens ont renversé des poubelles, à Sarcelles, le 20 juillet 2014.
Des CRS à la gare de Sarcelles, le 20 juillet 2014.
La mairie avait décidé d'interdire le défilé pro-palestinien car un rassemblement pro-israélien avait été prévu au même endroit
Scènes de guérilla urbaine à Sarcelles, le 20 juillet 2014. Crédits : PIERRE ANDRIEU / AFP
La pharmacie de Sarcelles a été incendiée. Crédits : RTL/Nicolas Burnens
Un magasin d'alimentation a été incendié, à Sarcelles, samedi 20 juillet 2014.
Lors de la dispersion du rassemblement, une partie des jeunes manifestants se sont engouffrés dans Sarcelles, vers des positions de CRS Crédits : AFP/JACQUES DEMARTHON
Des manifestant pro-palestiniens ont renversé des poubelles, à Sarcelles, le 20 juillet 2014. Crédits : AFP/JACQUES DEMARTHON
Des CRS à la gare de Sarcelles, le 20 juillet 2014. Crédits : PIERRE ANDRIEU/AFP
La mairie avait décidé d'interdire le défilé pro-palestinien car un rassemblement pro-israélien avait été prévu au même endroit Crédits : AFP/JACQUES DEMARTHON
1/1
Héloïse Leussier & AFP

Des violences ont éclaté à Sarcelles (Val-d’Oise), dimanche 20 juillet, à l’issue d’un rassemblement pro-palestinien interdit, au lendemain de violences similaires à Paris. Il y a eu 8 interpellations et 4 policiers blessés, selon un premier bilan dans la soirée.

Une centaine de manifestants se sont réunis dans l’après-midi près de la gare de Garges-Sarcelles. Entourés d'un dispositif policier important, ils ont pris la parole pour dénoncer l'interdiction de manifester et appelé à l'apaisement, disant vouloir "éviter la casse". 

Mais lors de la dispersion du rassemblement, une partie des jeunes manifestants se sont engouffrés dans la ville et des violences ont éclaté.

Des voitures incendiées

Près de la mairie, au moins deux voitures ont été incendiées et d'autres véhicules ont été dégradé. Une cabine téléphonique a été détruite et des poubelles ont également été incendiées. 

À lire aussi

Un journaliste de Libération a publié des photos de voitures en feu sur Twitter.

Violences à proximité de la synagogue

Des dizaines de jeunes, aux visages masqués pour certains, ont cassé la vitrine d'une boutique de téléphonie et lancé des pierres en direction des policiers qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Plus loin, l'accès à la synagogue de Sarcelles était entièrement bouclé, des cars de CRS barrant l'avenue. Devant son entrée, une trentaine de jeunes y étaient armés de matraques et barres de fer, l'un d'entre eux agitant un drapeau israélien.

L'ambiance s'est tendue dans ce quartier, avec des attroupements et de nombreuses personnes aux fenêtres. Quelques dizaines de manifestants ont crié "Israël assassin!" près du barrage policier sur l'avenue, des dizaines d'autres  leur ont répondu "Palestine on t'encule" de l'autre côté. 

Rassemblement à proximité du commissariat

Plusieurs journalistes ont été pris à partie par les manifestants. Un caméraman de télévision a été dépouillé de son matériel et un photographe de l'AFP a été agressé et légèrement blessé. 

Par ailleurs, le commissariat de Sarcelles a du être protégé en raison d'un rassemblement de 70 à 100 "individus hostiles" à proximité, selon les informations recueillies par RTL. Les policiers ont été la cible d'insultes.

Des commerces pillés

En fin d'après-midi, des commerces de Sarcelles ont été pillés et des policiers ont tiré des balles en caoutchouc en direction des casseurs, a constaté une journaliste de l'AFP. Des casseurs s'en prenaient à une pharmacie qui a pris feu, alors qu'un hélicoptère de la police tournoyait dans le ciel.  

La mairie avait décidé d’interdire le défilé pro-palestinien car un rassemblement pro-israélien organisé par la Ligue de défense juive (LDJ) avait été prévu au même endroit et à la même heure.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/