1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Salah Abdeslam : sa cellule en France pourrait être placée sous vidéosurveillance
1 min de lecture

Salah Abdeslam : sa cellule en France pourrait être placée sous vidéosurveillance

Info RTL INFO RTL / REPLAY - Ce dispositif serait une première en France. L'objectif est de s'assurer que le terroriste présumé ne se suicide pas avant son procès.

Mexique : des saunas et des lits king-size découverts en prison (image d'illustration)
Mexique : des saunas et des lits king-size découverts en prison (image d'illustration)
Crédit : RICHARD BOUHET / AFP
L'administration pénitentiaire envisage d'installer des caméras dans la cellule de Salah Abdeslam
00:57
Cindy Hubert & La rédaction numérique de RTL

Salah Abdeslam doit normalement être transféré de la Belgique vers la France avant dimanche 10 avril. C'est en tout cas la date butoir qui a été fixée jusqu'ici, mais le parquet fédéral belge pourrait demander un report afin d'interroger le logisticien présumé des attentats de Paris sur les attaques de l'aéroport de Zaventem et du métro de Bruxelles. Les conditions d'arrivée et le lieu de détention de celui qui appartenait à la cellule du 13 novembre ne sont pas encore totalement définis, mais l'administration pénitentiaire et la chancellerie envisagent d'installer des caméras dans sa future cellule.

L'objectif de cette mesure est double : tout d'abord s'assurer que Salah Abdeslam ne tente pas de s'évader, mais aussi vérifier qu'il n'essaye pas de se suicider. Le Français est le seul membre du commando des attentats de Paris à avoir été capturé ou à être encore en vie et le gouvernement souhaite le traduire en justice, notamment pour répondre aux demandes des familles des victimes. "Nous prenons tous les moyens pour tenter de garantir le fait qu'il rende des comptes", a notamment estimé Jean-Jacques Urvoas sur RTL mercredi 6 avril.

Le dispositif se heurte toutefois à un écueil, cette procédure n'existe pas aujourd'hui dans la loi française. Les seuls détenus qui sont filmés sont ceux pour qui un risque de suicide a été identifié et ils ne sont pas surveillés plus de 24 heures. Dans le cas de Salah Abdeslam, l'administration souhaiterait mettre en place un suivi en permanence. Marie Crétenot de l'Observatoire international des prisons dénonce un "dispositif totalitaire" dans le cadre d'un "traitement inhumain et dégradant".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/