1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Meurtre d'Adrien Perez : 15 ans de réclusion criminelle pour les deux frères
2 min de lecture

Meurtre d'Adrien Perez : 15 ans de réclusion criminelle pour les deux frères

Les frères Yanis et Younès El Habib ont été condamnés à 15 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Adrien Perez en 2018.

Adrien Perez, 26 ans, tué devant une boîte de nuit de Meylan (Isère) d'un coup de couteau en plein cœur
Adrien Perez, 26 ans, tué devant une boîte de nuit de Meylan (Isère) d'un coup de couteau en plein cœur
Crédit : Serge Pueyo
William Vuillez & AFP

C'était le procès d'une violence aussi gratuite qu'incompréhensible. Ce vendredi, Yanis et Younès El Habib ont été condamnés à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de l'Isère pour avoir involontairement tué Adrien Perez à la sortie d'une boîte de nuit en 2018 près de Grenoble. À l'issue de près de 10 heures de délibéré, la cour et le jury n'ont pas jugé les deux frères de 22 et 23 coupables d'homicide volontaire, mais de coups mortels aggravés.

Tout deux avaient été renvoyés devant les assises de l'Isère pour le meurtre d'Adrien Perez, tentative de meurtre sur l'un de ses amis et violences aggravées. La mort du jeune homme avait provoqué à l'été 2018 une vive émotion en Isère et au-delà. Ses parents, parties civiles au procès, avaient écrit au président Emmanuel Macron pour dire leur "révolte" contre la "violence aveugle et endémique" qui rongeait, d'après eux, la jeunesse en France.


L'avocat général Jacques Dallest, qui avait demandé 20 ans de réclusion pour "ce meurtre sauvage, gratuit, stupide", n'a donc été que partiellement suivi dans ses réquisitions. L'audience, débutée le 21 juin, a mis en évidence ce que l'accusation a décrit comme une "scène de guerre", captée par une caméra et projetée des dizaines de fois dans la salle des assises.

40 secondes de violence aveugle

Cette rixe avait suivi une altercation entre un ami d'Adrien Perez et Yanis El Habib à propos d'une fille. Yanis, le cadet, avait alors poursuivi un groupe devant la discothèque avant de déclencher la rixe qui dure 40 secondes. Dans la salle d'audience est apparue la mise en place de la terrible mécanique qui a amené au drame. Yanis a reconnu à demi-mot un tempérament "impulsif".

À lire aussi

Ont été projetées à l'audience des vidéos du videur, où l'on voit les frères rentrer dans la discothèque sans passer par un détecteur de métaux, ou encore de la rue, qui montre les frères sortir de la boîte de nuit après une altercation dans le sas avec un ami d'Adrien Perez. On voit Yanis avancer d'un pas pressé, son frère le suit. Le troisième accusé, condamné à deux ans de prison avec sursis, se prépare à une bagarre.

Puis viennent les 40 secondes d'une violence inouïe. Les enquêteurs ont procédé à des zooms, à des ralentis, on voit Yanis, qui n'hésite pas une seconde et déclenche la rixe par une série de coups de poing en visant le jeune homme croisé dans le sas. Puis on observe Younes, qui brandit son couteau et menace de "découper" ceux d'en face. La suite, pourtant diffusée ralentie et rapprochée, ne permet pas d'affirmer avec une certitude absolue le rôle de chacun.

À l'issue de deux semaines de procès et près de dix heures de délibérations, la cour d'assises de l'Isère n'a pas retenu l'intention homicide, contrairement à ce qu'avait plaidé l'accusation pour réclamer 20 ans de réclusion criminelle. "C'est une décision qui me parait absolument juste", a réagi Guillaume Faure, l'avocat de Younes El Habib.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/