1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Rhinocéros : faut-il scier leurs cornes pour éviter le braconnage ?
2 min de lecture

Rhinocéros : faut-il scier leurs cornes pour éviter le braconnage ?

INVITÉE RTL - Après qu'un rhinocéros du parc de Thoiry a été abattu, Cécile Dubois, directrice adjointe du safari de Peaugres en Ardèche, explique les avantages de scier les cornes de ces animaux par mesure préventive.

Le rhinocéros Vince et son congénère au Zoo de Thoiry
Le rhinocéros Vince et son congénère au Zoo de Thoiry
Crédit : Facebook Zoo de Thoiry
Scier les cornes des rhinocéros pour éviter le braconnage, une solution envisagée
04:02
Julien Sellier & La rédaction numérique de RTL

Dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 mars, un rhinocéros du zoo de Thoiry, dans les Yvelines, a été abattu de trois balles dans la tête. L'animal, appelé Vince, a été victime d'un acte de braconnage qui s'est conclu par la sciure de sa corne. Depuis, tous les parcs zoologiques de France ont vu leur sécurité renforcée. Cécile Dubois, directrice adjointe du safari de Peaugres, en Ardèche, évoque pour RTL une éventuelle méthode pour se prémunir contre de tels actes de barbarie : couper les cornes des rhinocéros de manière préventive. 

"Cette méthode est utilisée dans la nature depuis plusieurs décennies", affirme-t-elle. Si elle reconnaît qu'elle n'a pas "100 % de réussite", elle explique qu'"aucune méthode unique ne fonctionne. Il faut un cumul de différentes choses : une surveillance technologique, une surveillance humaine, des caméras." Selon elle, l'attrait de cette méthode est que "le fait de couper les cornes permet d’ôter l'objet de convoitise des rhinocéros. C'est le seul élément du rhinocéros qui a de la valeur".

Si on coupe la corne d'un rhinocéros, il ne sent absolument rien

Cécile Dubois, directrice adjointe du safari de Peaugres

Cette technique, si elle peut surprendre, existe bel et bien et semble indolore : "Les cornes de rhinocéros, c'est une touffe de poil agglomérée. Si on coupe la corne, il ne sent absolument rien. En gros, cela consiste à l'emmener chez le coiffeur et à lui faire une coupe un peu importante."

Cécile Dubois explique aussi que cet extension ne devrait pas manquer à l'animal, une fois coupée : "Cela ne change d'autant moins rien en captivité, parce qu'il n'y a pas de prédateur à part les braconniers. Il n'a pas besoin de se défendre. Sinon, les mâles utilisent leurs cornes pour se battre mais dans la mesure où en captivité on n'a souvent qu'un seul mâle avec un groupe de femelles, il n'a pas de raison de se battre".

À lire aussi

La spécialiste s'inquiète enfin des chiffres du braconnage, toujours plus importants : "Il y a un vrai marché des cornes. (...) Le braconnage dans la nature, depuis dix ans, est devenu exponentiel, à tel point que les experts pensent que dans moins de dix ans il n'y aura plus du tout de rhinocéros sauvages parce qu'ils auront tous été tués."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/