1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Rennes : le "Bernard Madoff breton" jugé pour avoir détourné 34 millions d'euros
2 min de lecture

Rennes : le "Bernard Madoff breton" jugé pour avoir détourné 34 millions d'euros

Jean-Jacques Defaix, un retraité de 69 ans, est accusé d'avoir escroqué 1.500 petits épargnants en Bretagne entre 2007 et 2010.

Le palais de Justice de Rennes le 13 octobre 2015.
Le palais de Justice de Rennes le 13 octobre 2015.
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
"Quarante ans d'économie", se désole Chantal, une des victimes.
00:00:23
"Je me suis battu pendant 10 ans pour pouvoir défendre ces gens-là", se défend Jean-Jacques Defaix
00:00:26
Geoffroy Lang & Nicolas Bauby

Depuis ce mercredi 8 mars, un procès extraordinaire s’est ouvert au tribunal correctionnel de Rennes. Parmi la quinzaine de prévenus qui comparaissent dans cette affaire, Jean-Jacques Defaix, un retraité de 69 ans qui a hérité du surnom de "Bernard Madoff français". Il est accusé pour une vaste affaire "d'escroquerie en bande organisée, blanchiment et participation à une association de malfaiteurs".

Entre 2007 et 2010, plus de 1.500 petits épargnants auraient été floués dans cette affaire pour un préjudice total de 34 millions d'euros. Cet ancien technicien en aéronautique proposait aux victimes d'investir dans des coopératives destinées à financer des PME. Après avoir tenté de lancer un élevage de volailles puis déposer le bilan face à l’accumulation de dettes, Jean-Jacques Defaix s’était fait connaître en créant l'Association d'aide contre les abus bancaires (AACAB), rappelle Le Figaro.

Des investissements suspects en Chine

C’est dans le cadre de cette structure, agréée par l’État, qu’il se met à collecter des fonds au travers de différentes coopératives pour financer des PME locales. Le Crédit Mutuel de Bretagne a cependant alerté la cellule anti-blanchiment Tracfin à l’occasion d’un virement suspect de 500.000 euros vers la Chine. En tout, près de 11 millions d’euros ont été ainsi investis en Chine dans un village de loisirs appartenant à Jean-Jacques Defaix. Onze millions ont également été investis dans des conditions discutables en France, tandis que les quelque 12 millions restants sont bloqués à la Caisse des Dépôts.

Pour Chantal, une des victimes de ce système frauduleux qui témoigne au micro de RTL, ce sont "quarante ans d’économie" qui se sont ainsi envolés. Elle avait ainsi investi 60.000 euros dans le système de Jean-Jacques Defaix, qu’elle comptait utiliser pour “un projet pour ma retraite” pour un projet de retraite. "Je me suis battu pendant 10 ans pour pouvoir défendre ces gens-là, j’ai obtenu de bons résultats", se défend Jean-Jacques Defaix, qui assure ne pas avoir touché "un centime". "Je me trouve mêlé dans une affaire où j’ai une responsabilité morale, mais je n’ai travaillé qu’avec des sociétés qui ont reçu l'agrément de l’état", réplique-t-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.