2 min de lecture Rennes

Rennes : 4 interpellations lors du contrôle d'un camp de 350 migrants

Lors d'un contrôle d'identité réalisé dans un campement de 350 migrants à Rennes, quatre personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre.

La ville de Rennes, en Ille-et-Vilaine.
La ville de Rennes, en Ille-et-Vilaine. Crédit : RTL
Simon Dujardin
Simon Dujardin et AFP

Quatre personnes ont été interpellées par la police dans un campement de quelque 350 migrants situé dans un parc du nord-est de Rennes. Ces interpellations ont eu lieu alors que les forces de l'ordre réalisaient un contrôle d'identité, a-t-on appris auprès de la préfecture d'Ille-et-Vilaine.

Le contrôle (réalisé sur réquisition du procureur) avait pour objectif de recueillir l'identité de tous les occupants, présents pour certains depuis mi-juillet, dans deux clairières du parc des Gayeulles, au nord-est de Rennes. "Il s'agit d'avoir une vision claire, exhaustive et précise de l'ensemble des situations individuelles", a déclaré la préfecture à l'AFP.

Parmi les migrants, figurent de nombreux Géorgiens et Albanais ainsi qu'une cinquantaine d'enfants. Toujours d'après la préfecture, le contrôle se serait passé "sans incident et sur une base déclarative. À partir de cet examen, nous déduirons une prise en charge ou non dans les 1.500 places que nous avons, puisque l'État accueille les personnes demandeurs d'asile et les réfugiés", a-t-elle précisé avant d'ajouter que "l'opération a permis de révéler la présence de quatre étrangers en situation irrégulière. Ils ont été conduits dans les locaux de la police aux frontières, dans le cadre d'une procédure d'éloignement".

Plusieurs associations montent au créneau

Des associations n'hésitent pas à montrer leur opposition à ces interpellations. Ces associations sont regroupées en "inter-organisation de soutien aux personnes exilées de Rennes". Elles avaient transmis la semaine dernière une liste d'une soixantaine de personnes sous le coup d'une procédure d'asile et se disent "choquées" par la méthode. 

À lire aussi
La ville de Rennes, en Ille-et-Vilaine. Rennes
Rennes : appelés pour une fuite d'eau, les pompiers découvrent un cadavre

"On est totalement abasourdis par une telle réaction, on ne s'y attendait pas. On demande à l'État une mise à l'abri des personnes vulnérables, de réfugiés, et on nous répond 'contrôle et répression', avec le déploiement d'un énorme dispositif policier sous prétexte de recensement des personnes", a réagi Carole Bohanne, présidente du MRAP 35 (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples).

"Des personnes malades, certaines sous chimiothérapie"

"On n'a jamais caché que des gens n'étaient pas en demande d'asile, avec la présence de pas mal de déboutés mais elles sont néanmoins présentes avec des enfants scolarisés", poursuit Mme Bohanne, rappelant que des personnes sont également malades, certaines sous chimiothérapie. D'après ces organisations, les personnes interpellées seraient deux Albanais, un Géorgien et un Guinéen.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rennes Migrants Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants