2 min de lecture Justice

Rémy Heitz, futur successeur de François Molins, un magistrat passé chez Chirac

PORTRAIT - Il est connu du public pour avoir été le "M. Sécurité routière" de Jacques Chirac, mais Rémy Heitz a une longue carrière dans la magistrature derrière lui. Il a été choisi par Nicole Belloubet pour remplacer François Molins.

Rémy Heitz a été nommé procureur de la République de Paris, en remplacement de François Molins, mercredi 3 octobre 2018
Rémy Heitz a été nommé procureur de la République de Paris, en remplacement de François Molins, mercredi 3 octobre 2018 Crédit : JACK GUEZ / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

Il sera le nouveau visage de l'antiterrorisme. Rémy Heitz a été choisi par Nicole Belloubet pour remplacer le procureur de la République de Paris actuel, François Molins.

C'est le porte-parole du ministère de la Justice qui l'a annoncé mercredi 3 octobre dans la soirée sur les réseaux sociaux. "Rémy Heitz est proposé au poste de Procureur de la République à Paris en remplacement de François Molins", a simplement écrit Youssef Badr.

Étape suivante : le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) rendra un avis, non-contraignant pour le gouvernement, avant que Rémy Heitz ne soit officiellement nommé sur décret présidentiel.

Rémy Heitz, 54 ans, n'est pas inconnu du milieu de la magistrature, au contraire. Le début de sa carrière dans la justice remonte à l'année 1989 lorsqu'il devient substitut du procureur du Tribunal de Grande Instance de Pontoise, après avoir été élève à l'ENM (École Nationale de la Magistrature), apprend-on dans le comité d'histoire du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le "monsieur sécurité" de Chirac

À lire aussi
Francis Heaulme, en octobre 1994 lors d'un procès à Metz l'heure du crime
Le double meurtre de Montigny-lès-Metz vu par l'avocate Maître Boh-Petit

Car Rémy Heitz est passé par la case politique. En 2002, après avoir été pendant un an le vice-procureur de la République de Paris, il devient le conseiller technique de Jean-Pierre Rafarin, alors Premier ministre de Jacques Chirac.

Une fonction qu'il occupe pendant un an, avant de devenir un personnage aux yeux de l'opinion publique : le "monsieur sécurité" de Jacques Chirac.

En effet, en 2003 (et jusqu'en 2006), ce Parisien diplômé de Droit à Nanterre devient délégué interministériel à la sécurité routière et directeur de la sécurité et de la circulation routières au ministère des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer.  

Rémy Heitz en 2006 avec un gendarme et un radar embarqué
Rémy Heitz en 2006 avec un gendarme et un radar embarqué Crédit : BERTRAND GUAY / AFP

Avant cela, il avait déjà été chef de cabinet d'un ministre, en 1994-1995. Celui de Pascal Clément, alors ministre délégué aux relations avec l'Assemblée dans le gouvernement d'Édouard Balladur, et futur ministre de la Justice en 2005.

Un CV de magistrat bien rempli

Dès 2006, Rémy Heitz rejoint la direction de l'administration générale et de l'équipement au ministère de la Justice.

Rémy Heitz a ensuite été nommé en août 2017 à la direction de la DACG (Direction des affaires criminelles et des grâces), un poste qui passe pour être le plus important de la Chancellerie, après celui de garde des Sceaux.

Son parcours atypique l'a mené à la fois dans les ministères et dans les différents arcanes de la magistrature. Vice-procureur de Paris pendant six mois en 2001, il a également été magistrat à la direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) au ministère de la Justice (1992-1994), procureur de la République à Saint-Malo (1999-2001), procureur de la République à Metz jusqu’en 2011, il a présidé le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le deuxième plus grand de France, entre 2011 à 2015.

En 2018, il deviendra donc le nouveau procureur de la République de Paris. François Molins, lui, doit quitter la tête du parquet de Paris en novembre après sept ans à ce poste pour rejoindre la Cour de cassation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Police François Molins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants