1 min de lecture Justice

Poste de procureur de la République : le syndicat de la magistrature craint "un choix du prince"

INVITÉE RTL - Pour Laurence Blisson, secrétaire générale du syndicat de la magistrature, l'intervention de l'exécutif dans le choix du procureur de la République constitue "une situation problématique sur le plan démocratique".

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
L'invité de RTL Soir du 26/09/2018 Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

Emmanuel Macron veut-il reprendre en main la justice ? Selon Le Canard Enchaîné et Le Monde, le chef de l'État aurait "biffé les noms des trois candidats au poste de procureur de Paris", après l'appel à candidatures pour succéder à François Molins au poste de procureur de la République de Paris. Laurence Blisson, secrétaire générale du syndicat de la magistrature, déplore "une situation problématique sur le plan démocratique qui consiste à laisser l'autorité judiciaire dans un rapport de dépendance vis-à-vis de l'exécutif".

"L'indépendance de la justice est assurée par les juges et par les procureurs et par des modalités de nomination qui permettraient de clairement couper le lien, dit-elle au micro de RTL ce mercredi 26 septembre. Aujourd'hui, on voit bien qu'il peut y avoir un choix du prince pour déterminer la personne qui sera en charge de suivre un certain nombre d'enquêtes."

"Il y avait une procédure, des personnes qui étaient envisagées et puis la direction des services judiciaires publie un document, un appel à candidatures. Nous, derrière cet appel à candidatures, on voit clairement un appel du pied potentiel à une personne qui aurait été présélectionnée par l'exécutif."

Au micro de RTL, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a affirmé que "l'histoire n'est pas du tout celle-là. Il y a quelques semaines, nous avons ouvert un appel à candidatures pour voir quelles personnes étaient candidates au poste de procureur de Paris. Depuis, il y a eu deux événements différents", fait-elle savoir. Mais pour Laurence Blisson, "il y a un jeu de passe-passe à la chancellerie qui veut donner l'impression qu'elle fait preuve de transparence."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Présidence de la République François Molins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants