2 min de lecture Justice

Rédoine Faïd, braqueur multirécidiviste, débute une grève de la faim en prison

VU DANS LA PRESSE - Le braqueur multirécidiviste, qui s'est évadé deux fois de prison, a entamé une grève de la faim pour être transféré dans un établissement pénitentiaire plus proche du lieu de son procès.

Redoine Faïd en 2009
Redoine Faïd en 2009 Crédit : Capture d'écran "Envoyé Spécial"
Bastien Hauguel @HauguelBastien

Rédoine Faïd veut se faire entendre par tous les moyens. Alors que son procès en appel pour le braquage d'un fourgon blindé devant la cour d'Assises du Pas-de-Calais, à Saint-Omer, débutera jeudi 27 février, le braqueur multirécidiviste a commencé une grève de la faim et de la soif au matin du 20 février. 

Il est incarcéré dans l'une des prisons les plus sécurisées de France depuis octobre 2018, après une spectaculaire évasion et trois mois de cavale. Il avait d'ailleurs déjà entrepris une grève de la faim juste après son arrestation.

Contactés par L'Obs, ses avocats, maîtres Yasmina Belmokhtar et Frank Bertin, expliquent que Rédoine Faïd sera toujours détenu dans cette prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, durant toute la tenue du procès. 

Une décision qui a motivé le malfaiteur à entamer cette nouvelle grève de la faim. "Il fera chaque jour deux fois une heure de route alors que nous avions demandé qu’il soit, comme l’exige la loi, transféré dans la prison la plus proche du lieu de son procès ", confient ses avocats.

Le braqueur se plaint des conditions de vie en prison

À lire aussi
Deux surveillants à la prison de Villefranche-sur-Saône (illustration) justice
Coronavirus : un détenu crache sur des surveillants en se disant porteur du Covid

En octobre dernier, Rédoine Faïd s'était confié au Journal du dimanche sur ses conditions de vie en prison. Placé à l'isolement encore aujourd'hui, il expliquait être "emmuré vivant". "On ne voit personne, on ne touche personne, au sens propre et au figuré, avait-il ajouté. "C'est l'exclusion totale : une vie de paria, de rebut de la société, on survit hors du temps". Le braqueur s'était également plaint de "certains" surveillants qui "refusent les promenades ou le sport" quand d'autres le "mettent excessivement à poil" pour le fouiller et "regardent à plusieurs (ses) parties intimes".

Le malfaiteur de 47 ans, qui s'était déjà évadé en 2013 de la prison de Lille-Sequedin, a été définitivement condamné à 25 ans de réclusion pour avoir organisé le braquage raté ayant entraîné la fusillade de Villers-sur-Marne en 2010, qui avait coûté la vie à une policière municipale. Le 27 février prochain, il sera de nouveau jugé pour le braquage d'un transport de fonds en 2011.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Redoine Faïd Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants