1 min de lecture Justice

Propos racistes lors d'une interpellation : les témoins dénoncent des pressions

VU DANS LA PRESSE - Les deux hommes qui ont filmé l'arrestation d'un sans papier ont déposé plainte, accusant des policiers de faire pression sur eux.

La police nationale (Illustration).
La police nationale (Illustration). Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

L'arrestation d'un sans papier par deux policiers dans la nuit du samedi 25 eu dimanche 26 avril avait créé un tollé dans l'opinion, et provoqué une réaction de Christophe Castaner qui a ordonné une enquête de l'IGPN. En effet, la scène avait été filmée par deux riverains de l'Île-Saint-Denis, et la vidéo dans laquelle les policiers proféraient des propos racistes avait agité les réseaux sociaux. 

"Un bicot, ça me nage pas comme ça", entendait-on alors sur la vidéo. Ce vendredi 1er mai on apprend que les deux hommes qui ont tourné la vidéo avaient à leur tour déposé une plainte. Selon Le Parisien, ils assurent subir des pressions de la part de certains policiers. 

Convoqués par la police des polices mardi en tant que témoins, ils avaient demandé à être assisté de leur avocat, Me Arié Alimi. Or, seuls les accusé et les victimes sont normalement autorisés à un avocat à leur côté. "Sauf que dans cette affaire, mes clients sont bel et bien victimes", argumente Me Alimi au quotidien. 

"Ils étaient morts de trouille au moment de tourner cette vidéo, et depuis, ils subissent un important préjudice d'anxiété et d'angoisse", assure-t-il. Il indique que ses clients subissent des pressions et ont vu passer plusieurs fois devant chez eux des véhicules de police. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Police Violence
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants