1 min de lecture Police

Propos racistes lors d'une interpellation : le préfet de police demande des sanctions

Le préfet de police a demandé ce 27 avril au soir la suspension des deux policiers mis en cause pour des injures racistes.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Propos racistes lors d'une interpellation : le préfet de police demande des sanctions Crédit Image : BERTRAND LANGLOIS / AFP | Crédit Média : Alice Moreno | Durée : | Date : La page de l'émission
Alice Moreno
et Capucine Trollion

Le 25 avril au soir, lors d'une interpellation policière d'un suspect de vol, à l'Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), filmée et diffusée sur Twitter, on entend des policiers tenir des propos ouvertement racistes. "Il ne sait pas nager, un bicot comme ça, ça nage pas", peut-on entendre, sous les rires.

L'IGPN est saisie, mais sans attendre les résultats de l'enquête, la hiérarchie policière réclame des sanctions. Le préfet de Police s'est fendu d'un courrier à la direction nationale de la police générale. Il veut une sanction provisoire, une suspension pour deux policiers mis en cause. Ces deux agents, auditionnés par l'Inspection générale de la police nationale, ce 27 avril, ont reconnu être les auteurs des propos racistes.

Si la direction de la police ordonne leur suspension, il faudra attendre les conclusions de l'IGPN pour une sanction définitive. Ces fonctionnaires passeront sans aucun doute devant un conseil de discipline, la punition la plus lourde étant la révocation. En parallèle, une enquête judiciaire est en cours à la demande du parquet de Nanterre et au moins une plainte a été déposée à ce jour par la Ligue des droits de l'Homme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Seine-Saint-Denis Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants