2 min de lecture Procès

Procès Tron : Éric Dupond-Moretti dénonce sur RTL les "mensonges éhontés" des plaignantes

L'avocat de l'ancien secrétaire d'État s'est réjoui de l'acquittement de son client, qui espère désormais "reprendre le cours normal de sa vie".

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Procès Tron : Dupond-Moretti dénonce sur RTL les "mensonges éhontés" des plaignantes Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

"La démonstration est faite qu'il y a une justice médiatique et une justice tout court, la vraie justice. J'en suis très content". Invité sur RTL ce jeudi 15 novembre, Me Éric Dupond-Moretti est revenu sur l'acquittement de son client, l'ancien secrétaire d'État Georges Tron, accusé de viols et d'agressions sexuelles. 

L'avocat est d'abord revenu sur les versions des plaignantes. "Il y a une des dames qui raconte qu'elle est allée voir Georges Tron 26 fois, pour se faire violer, voilà ce qu'elle dit. Une autre dit : 'Je l'ai laissé me caresser la cuisse, il devait savoir que je n'étais pas consentante parce que c'est pour le boulot que je l'ai fait'. Ça ne s'appelle pas une agression sexuelle, cela s'appelle une promotion canapé", affirme celui qui est surnommé "Acquittator". 

Éric Dupond-Moretti a ensuite pointé du doigt les "mensonges énormes, éhontés" des plaignantes. Il a également expliqué que des expertises avaient eu lieu, et qu'elles avaient démontré que Georges Tron n'était "pas un pervers" et que les victimes présumées "n'étaient pas crédibles". "Il est temps de mettre un terme à ce procès, et je ne crains pas l'appel car le dossier va rester comme il est", assure-t-il. "Soulagé et fatigué", Georges Tron aspire désormais "à reprendre le cours normal de sa vie, parce qu'il a été condamné par les médias", poursuit son conseil. 

Elle dit n'importe quoi

Éric Dupond-Moretti fustigeant les propos de Juliette Méadel
Partager la citation

Enfin, Éric Dupond-Moretti est revenu sur le tweet de l'ancienne secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel. "Verdict désespérant pour les droits des victimes. Le doute ne doit pas bénéficier aux accusés ! C’est le retour du droit de cuissage ? #Metoo n’aura donc servi à rien ? Le parquet doit faire appel", avait-elle écrit à l'annonce de l'acquittement du prévenu. 

À lire aussi
Russie
Russie : les proches d'Alexeï Navalny craignent un arrêt cardiaque "d'une minute à l'autre"

"Est-ce qu'elle a mis son nez dans le dossier ? Est-ce qu'elle est venue à l'audience ? Est-ce qu'elle sait qu'un non-lieu a été requis" (par les juges d'instruction en décembre 2013 NDLR), s'indigne l'avocat. "Comment peut-on oser, quand on ne connait pas une ligne du dossier et dans un espèce de militantisme féminisme à la noix, critiquer le verdict ? Je vais lui montrer le dossier, elle dit n'importe quoi", s'est-il emporté.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Agression sexuelle Viol
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants