1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès du 13 novembre : comment François Hollande a-t-il vécu les événements ?
2 min de lecture

Procès du 13 novembre : comment François Hollande a-t-il vécu les événements ?

L'ancien président de la République, accusé par les terroristes d'être le responsable des attentats du 13 novembre, était appelé à témoigner mercredi 10 novembre face à la cour.

François Hollande, ancien président de la République.
François Hollande, ancien président de la République.
Crédit : Angelos Tzortzinis / AFP
Procès du siècle : François Hollande revient sur la tragique soirée du 13 novembre 2015
00:01:35
Florine Boukhelifa

Le 13 novembre 2015, la France était plongée dans l'horreur avec une série d'attentats simultanés en Île-de-France : aux abords du Stade de France, aux bars et restaurants Le Petit Cambodge, Le Carillon, Café Bonne Bière, Casa Nostra, La Belle Équipe, Comptoir Voltaire et au Bataclan. À cette époque, le pays était dirigé par François Hollande, appelé à témoigner mercredi 10 novembre au "procès du siècle".

"Si c'était à refaire, je referais exactement la même chose", a notamment déclaré l'ancien président face à la cour d'assises. Ce soir-là, François Hollande se trouve dans les tribunes du Stade de France pour France-Allemagne, l'enceinte l'une des cibles des terroristes, il apprend les événements par la responsable du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). Il attendra presque la mi-temps pour se rendre dans la salle de commandement "pour ne pas créer de mouvement de panique" et prendre les rênes des opérations.

"C'est d'abord l'esprit de décision qui doit l'emporter (...) tout en ressentant au plus profond de moi une émotion comme père de famille", a expliqué l'ancien président au journal Le Point en 2019. "J'essaye d'être ce que je suis, à savoir un être humain placé par mes fonctions dans une position qui exige sang-froid et maîtrise", a-t-il poursuivi au cours de cette interview.

"C'est une horreur", avait déclaré François Hollande

Lors d'une première allocution, il y en fera trois au total, François Hollande utilisera une expression restée dans les mémoires. "C'est une horreur", déclare-t-il face aux Français au cours des attaques. Devenu "chef de guerre" par la force des événements, l'ancien président, qui s'était notamment rendu au Bataclan le soir des attentats pour "soutenir les équipes, m'assurer que le dispositif de sécurité est pleinement en place et surtout rencontrer les rescapés", a multiplié les annonces et les apparitions.

À lire aussi

Entre déclarations de l'état d'urgence, annonces de nouvelles mesures pour lutter contre le terrorisme, hommages ou encore rencontres avec les familles de victimes, notamment le jour où il a été vu étreindre le frère d'une des victimes de l'Hyper Casher, ces événements du 13 novembre resteront une période marquante pour la présidence de François Hollande.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/