1 min de lecture Terrorisme

Procès de Sid Ahmed Ghlam : "J'avais ces intentions-là, oui", avoue le terroriste

C'est avec une grande froideur que Sid Ahmed Ghlam, accusé du meurtre d'Aurélie Châtelain, est revenu sur ses derniers préparatifs. Le terroriste projetait d'attaquer une église de Villejuif en 2015.

>
Procès de Sid Ahmed Ghlam : "J'avais ces intentions-là, oui", avoue le terroriste Crédit Image : Benoit PEYRUCQ / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date :
Cindy Hubert édité par Marie Gingault

Il avait projeté d'attaquer une église à Villejuif en 2015. Sid Ahmed Ghlam, soupçonné du meurtre d'Aurélie Châtelain est actuellement jugé par la Cour d'assises spéciales de Paris. L'accusé est revenu de manière assez glaçante sur ses tout derniers préparatifs avant de passer à l'action. 

La Cour a projeté sur grand écran une vidéo, tournée quelques semaines avant que Sid Ahmed Ghlam ne passe à l'action. Sur les images, on voit le terroriste qui se promène dans la gare de Villepinte, son portable à la main. Ce dernier filme la foule qui se presse sur les quais du RER. Sid Ahmed Ghlam était en repérage car c'était bien la première cible envisagée à l'époque. 

Un avocat de la partie civile se lève : "C'est terrible de cibler des gens qui vont bosser le matin", a-t-il déploré. À cette remarque, l'accusé a seulement haussé les épaules avant de répondre : "Idéologiquement ça ne me posait pas de problème, mais il y avait beaucoup de musulmans dans cette gare, alors mon commanditaire en Syrie, m'a demandé de trouver d'autres idées", a expliqué Sid Ahmed Ghlam.

Une bonne église avec du monde

Partager la citation

La cible se précise, son commanditaire lui réclame alors "une bonne église avec du monde". "C'était quoi le cahier des charges ? C'était quoi le bon nombre de victimes ? Vous-même, vous avez parlé de carnage", a insisté l'avocat. "J'avais ces intentions-là oui", a répondu Ghlam sans aucune émotion. 

À lire aussi
Un passage piéton devant une école (illustration) faits divers
Nancy : un mois avec sursis pour avoir menacé de décapiter des enseignants

Finalement, il n'y aura qu'une victime, Aurélie Châtelain, croisée sur le chemin de l'attaque. La mère de cette dernière était secouée de tremblements pendant toute la durée de l'audience.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Procès Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants