1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Pourquoi Claudine Cordani a refusé le huis clos à ses violeurs
3 min de lecture

Pourquoi Claudine Cordani a refusé le huis clos à ses violeurs

PODCAST - En 1984, Claudine Cordani a 17 ans lorsqu'elle refuse de fermer les portes du tribunal au public et à la presse lors du procès de ses violeurs. Dans Les Voix du Crime, elle explique les raisons de cette lourde décision.

Le tribunal de Paris
Le tribunal de Paris
Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
59. Procès pour viol : l'histoire (longtemps) secrète de Claudine Cordani
00:28:15
PORTRAIT - Qui est Marlène Schiappa, ministre controversée mais femme puissante ?
00:08:12
Jeanne Rouxel & Marie Zafimehy

Quarante ans plus tard, Claudine Cordani se souvient parfaitement de la scène : elle vient d'annoncer au juge d'instruction qu'elle refuse que le procès de ses violeurs se déroulent à huis-clos. "Je lui dis non, moi je veux qu'on ouvre les portes (…) Il croise les mains, et regarde l'air interloqué et en même temps intéressé. Et me dit 'tiens, pourquoi?' Alors je lui dis 'parce que ce n'est pas à moi d'avoir honte, je veux que tout le monde sache et je veux que la société le sache", rapporte-t-elle.

Le procès à huis-clos est d'usage lorsqu'une victime est mineure : c'est à dire que les audiences se déroulent à portes fermées, refusant alors la presse et le public. Dans le cas contraire, "ça veut dire qu'on est prêt à ce que ça paraisse dans les journaux, qu'on est prêt aussi à donner des interviews. Donc moi, j'étais prête", poursuit Claudine, qui devient alors la première mineure à s'opposer au huis-clos en France, dans Les Voix du Crime.

Lorsqu'elle prend cette décision en 1984, Claudine n'a que 17 ans et malgré son jeune âge, a déjà vécu le pire. Quelques mois auparavant, alors qu'elle s'apprête à rejoindre ses amis et son petit-ami de l'époque, l'adolescente est violée par trois hommes près du canal de l'Ourcq à Paris. Elle est ensuite séquestrée et violée à nouveau dans un appartement du nord parisien. Claudine parvient à s'enfuir avec l'aide de deux autres hommes et porte plainte. "Ils m'ont donné tous les éléments pour que la police puisse retrouver mes agresseurs très rapidement et c'est ce qui a été le cas." 

Ce n'est pas à moi d'avoir honte

Claudine Cordani

Mais refuser un huis-clos implique des démarches spécifiques : "Il fallait pour que je puisse moi refuser le huis clos une personne ayant autorité à l'époque, explique-t-elle, donc c'était mes parents qui devaient signer." Pour autant, Claudine est bien déterminée à révéler cette affaire au grand jour. Aidée par le juge d’instruction, l’adolescente parvient à faire signer le document à son frère aîné. 

"Je voulais que tout le monde puisse assister au procès qui s'est tenu pendant trois jours", confie Claudine Cordani. Néanmoins, l’adolescente refuse que ses frères et sœurs y assistent et choisit de ne pas informer ses parents ni sur le faits ni sur le procès. "Je ne voulais pas qu'ils aient de peine", confie-t-elle aujourd'hui. Pour ne pas se faire reconnaître par sa famille dans la médiatisation du procès, la jeune femme change son identité et se présente alors sous le prénom de Caroline. 

Je voulais que tout le monde puisse assister au procès

Claudine Cordani

En 1985, les deux principaux agresseurs de Claudine sont condamnés à des peines de dix à douze ans de prison ferme. Si l’issue du procès est un soulagement pour elle, son traumatisme, lui, est indélébile. "Je ne voulais plus sortir de chez moi pendant des mois", et d'ajouter "à cause de ce viol, je n'ai pas passé mon bac."

Aujourd'hui journaliste, Claudine a écrit son histoire dans un livre  La Justice dans la Peau en 2020. Si elle est parvenue à se reconstruire malgré le traumatisme, les questions tourbillonnent toujours dans son esprit. "Est ce que les gens m'ont comprise ? Parfois, je me demande si j'aurais du en parler davantage. Je ne sais pas. En tout cas, j'en parle aujourd'hui. Il n'est jamais trop tard."

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurit