1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Opération "Khalil" : un policier infiltré a empêché un attentat contre l'Élysée
2 min de lecture

Opération "Khalil" : un policier infiltré a empêché un attentat contre l'Élysée

VU DANS LA PRESSE - Une mission d'infiltration a réussi à déjouer en 2019 un attentat contre l'Élysée et les forces de l'ordre. Les trois prévenus ont reconnu les faits.

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
micros
La rédaction numérique de RTL

C'est une enquête colossale et inédite débutée en 2019 qui vient de s'achever. Les juges d'instruction ont renvoyé, jeudi 14 avril devant la Cour d'assises spéciale, trois hommes accusés d'avoir préparé un attentat contre le palais de l'Élysée et les forces de l'ordre. Les trois prévenus ont reconnu les faits. 

Comme le rapportent nos confrères du Parisien, c'est au début de l’année 2019 que la DGSI commence à enquêter sur un internaute qui utilise comme pseudonyme Bill Bening. Ce dernier publie des vidéos de Daesh et prône un djihad armé. Il est rapidement identifié comme étant Alexandre B., employé de la mairie de Paris en tant que gardien de stade. La DGSI décide alors de débuter une cyber infiltration en faisant passer l'un de ses agents pour un adepte de l'État islamique. L'agent infiltré réussit à rentrer en contact avec celui qui se fait appeler Bill Bening qui lui raconte sa volonté de faire un attentat sur le sol français : "Déjà ce qu’avaient fait les frères au Bataclan et au stade de France, c’était top, ça fait des dégâts."

Un rendez-vous est évoqué entre les différents protagonistes. La justice fait alors appel à un service très peu connu : le SIAT (Service interministériel d’assistance technique). Ce service de la direction centrale de la Police judiciaire est notamment chargé de la préparation et de la réalisation d'opérations d'infiltrations sensibles

Un policier directement infiltré

C'est donc un policier du SIAT qui est lentement introduit par son collègue auprès du groupe djihadiste. Le nom de code de l'opération sera "Khalil". Le 26 février, l'agent infiltré va rencontrer pour la première fois Alexandre B. et l'emmène les jours suivants faire des repérages devant le commissariat d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. 

À écouter aussi

Dans les semaines qui vont suivre, le policier infiltré va faire la rencontre d'un troisième complice au profil tout aussi inquiétant. Tous les trois, ils vont donc se mettre d'accord pour préparer un attentat sur le sol français et c'est finalement l'Élysée qui est choisi comme cible. Finalement, le commando sera interpellé avant de pouvoir passer à l'acte, grâce notamment à l'agent infiltré, qui a pu prévenir les autorités en temps et en heure. 

Lors de leurs interrogatoires, les trois hommes ont affirmé qu'ils ne seraient pas allés au bout de leur projet. Ils ont néanmoins reconnu que "le projet était de mourir en martyr". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/