1 min de lecture Justice

Noyade d'un élève de Saint-Cyr : le verdict jugé "honteux" par son frère

Huit ans après la noyade de Jallal Hami lors d'un bizutage, trois militaires ont été condamnés à de la prison avec sursis mais leur condamnation ne figurera pas dans leur casier judiciaire.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Noyade d'un élève de Saint-Cyr : le verdict de la justice jugé "honteux" par son frère Crédit Image : Damien MEYER / AFP | Crédit Média : Alice Moreno | Durée : | Date : La page de l'émission
Alice Moreno

Le 30 octobre 2012, lors d'une sorte de bizutage, Jallal Hami, un élève de l'école militaire Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan), était mort noyé dans un étang gelé. Huit ans plus tard, trois militaires ont été condamnés ce jeudi 14 janvier à des peines de prison avec sursis de six à huit mois, des condamnations qui ne figureront pas à leur casier judiciaire.

Le frère de la victime, Rachid Hami, a jugé la décision "scandaleuse, honteuse, indigne de la justice de notre pays". "Rendre justice à Jallal, c'est donner des peines exemplaires et qui restent. Qu'elles puissent disparaître de leurs casiers judiciaires, ça me choque vraiment. Je suis déterminé à ce qu'on reconnaisse l'injustice dont il a été victime."

Jeune étudiant brillant, le sous-lieutenant Jallal Hami, 24 ans, s'était noyé dans la nuit du 29 au 30 octobre 2012 durant une activité de "transmission des traditions", une sorte de bizutage qui ne dit pas son nom. Sur le thème du débarquement des Alliés en Provence, les nouveaux élèves devaient traverser un étang à la nage, de nuit, sur une distance de 43 mètres, avec casques et rangers, dans une eau à 9°C.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Bizutage Armée
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants