2 min de lecture Coronavirus

Nouvel An : des centaines de personnes rassemblées dans des fêtes illégales

En Ille-et-Villaine et à Marseille, plusieurs fêtes ont été organisées à l'occasion du passage à la nouvelle année. Des centaines de personnes y ont participé nécessitant l'intervention des forces de l'ordre.

>
Plusieurs centaines de "teufeurs" près de Rennes pour le Nouvel An Crédit Image : Unsplash/@axville | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Marie Zafimehy
et AFP

Nouvel an a minima... mais pas pour tout le monde. À Marseille et Lieuron, près de Rennes, des fêtes illégales ont rassemblé des centaines de personnes, sans respect des gestes barrières. Les forces de l'ordre sont intervenues.

Vendredi matin près de 2.500 personnes participaient toujours à une fête sauvage sur la commune de Lieuron (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes, réunies dans un hangar désaffecté. "Un arrêté préfectoral interdisait ce type de rassemblement", détaille la préfecture, précisant qu'un point serait fait en fin de matinée sur les suites de cette fête sauvage. Sur une vidéo de Ouest-France on peut distinguer des centaines de jeunes s'amuser dans ce qui ressemble à une rave, sans véritable respect des gestes barrières.

La veille un véhicule de gendarmerie a été incendié. "Ce n'était pas collectif", justifie une personne présente. "On n'a pas décidé en mode 'de toutes façons on va leur cramer la bagnole'. Y a dû avoir un mec qui a fait la connerie. La casser j'étais d'accord, la brûler pas du tout, parce qu'il y a une baraque juste à côté et ça, je pense que c'est lui qui a fait ça. Et il n'a pas été accepté par tout le monde." Trois gendarmes ont été blessés par des jets de pierre, mais en ce moment, l'ambiance est plutôt musicale.


150 verbalisations à Marseille

À lire aussi
Chine
Nouvel An chinois : les festivités douchées par l'appel à rester chez soi

À Marseille, 300 personnes se sont réunies pour célébrer le passage à 2021 avant d'être dispersées par les forces de l'ordre dans la nuit, rapporte La Provence. Plus de 150 d'entre elles ont été verbalisées pour violation du couvre-feu et ont écopé d'une amende de 135 euros.

Les trois organisateurs présumés de cette fête, dans une salle des fêtes du 10e arrondissement, dans les quartiers est de Marseille, ont été interpellés et placés en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé, a-t-on précisé du côté de la Procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens.

Deux autres personnes ont été interpellées, l'une pour outrage à personnes dépositaires de l'ordre public et rébellion, l'autre pour rébellion et violences sur personnes dépositaires de l'ordre public, notamment avec arme.

Une autre fête illégale en Seine-et-Marne

En Seine-et-Marne, près de 120 personnes étaient en cours de verbalisation dans la matinée de vendredi, là aussi pour avoir participé à une fête illégale dans un hangar désaffecté de la zone industrielle de Chelles. Quatre personnes, dont le vigile et le DJ de la soirée, ont été entendues en audition libre dans le cadre d'une enquête ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "travail dissimulé", a indiqué une source proche de l'enquête. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Faits divers Provence-Alpes-Côte d'Azur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants