2 min de lecture Incendie à Notre-Dame

Notre-Dame : Bellamy regrette que l'exécutif n'ait "pas eu un mot" pour les catholiques

Emmanuel Macron avait toutefois exprimé "avant tout une pensée pour les catholiques de France" alors que l'incendie de Notre-Dame était toujours en cours.

François-Xavier Bellamy (Les Républicains)
François-Xavier Bellamy (Les Républicains) Crédit : AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
et AFP

Après le temps du deuil et du silence vient le temps des commentaires. La tête de liste Les Républicains aux européennes, François-Xavier Bellamy, a dit regretter qu'Emmanuel Macron, dans son adresse à la Nation, et Christophe Castaner n'aient "pas eu un mot pour parler aux chrétiens, aux catholiques", après l'incendie de Notre-Dame de Paris. 

"C'est une très belle chose que le président de la République vienne se saisir de cette question, montrer au nom de toute la Nation que nous devons nous engager dans ce travail de restauration" de la cathédrale, a-t-il estimé, interrogé sur France 2

"Je regrette simplement (...) que le président de la République, dans son allocution depuis l'Élysée, comme Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur et ministre des Cultes, n'aient pas eu un mot pour parler aux chrétiens, aux catholiques, au cœur de ce moment si singulier pour eux, au cœur de cette épreuve qu'ils traversent", a poursuivi l'élu de Versailles. 

"Une pensée pour les catholiques de France"

À lire aussi
Vue de Notre-Dame de Paris depuis l'intérieur, le 15 mai 2019 Incendie à Notre-Dame
Les actualités de 7h30 - Notre-Dame : une première messe deux mois après l'incendie

"Il y a quelque chose de très frappant. L'archevêque de Paris s'en est ému et je le comprends, en un sens. Je crois que ce lieu, évidemment, appartient à tous les Français, il appartient même au monde entier qui se tourne vers Paris aujourd'hui, mais il est aussi un lieu évidemment singulier pour les chrétiens de notre pays", a ajouté le philosophe.
 
Au lendemain de l'adresse à la Nation du président, l'archevêque de Paris Michel Aupetit avait jugé que "ça aurait été sympathique qu'il y ait un petit mot de compassion pour la communauté catholique, parce que c'est quand même les catholiques qui font vivre la cathédrale Notre-Dame, qui n'est pas un musée", sur Sud Radio. "Le mot catholique n'est pas un gros mot", avait insisté Mgr Aupetit, jugeant que "les chrétiens [s'étaient] sentis un peu blessés". 

Pourtant, lors de sa première déclaration lundi soir, devant Notre-Dame encore en feu, le chef de l'État avait néanmoins exprimé "avant tout une pensée pour les catholiques de France et partout à travers le monde, en particulier en cette semaine sainte". "Je sais ce qu'ils ressentent, et nous sommes avec eux", avait-il dit. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie à Notre-Dame Notre-Dame de Paris Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797463139
Notre-Dame : Bellamy regrette que l'exécutif n'ait "pas eu un mot" pour les catholiques
Notre-Dame : Bellamy regrette que l'exécutif n'ait "pas eu un mot" pour les catholiques
Emmanuel Macron avait toutefois exprimé "avant tout une pensée pour les catholiques de France" alors que l'incendie de Notre-Dame était toujours en cours.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/notre-dame-bellamy-regrette-que-l-executif-n-ait-pas-eu-un-mot-pour-les-catholiques-7797463139
2019-04-19 10:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/55oTqokMMBeaV6EFIb3ysw/330v220-2/online/image/2019/0206/7796464378_francois-xavier-bellamy-les-republicains.jpg