2 min de lecture Justice

Nordahl Lelandais : "On essaie de trouver des réponses", affirme la gendarmerie

INVITÉ RTL - La cellule Ariane a identifié 40 cas qui pourraient être liés à Nordahl Lelandais, selon le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Nordahl Lelandais : "on essaie de trouver des réponses", affirme la gendarmerie Crédit Image : Jean-Philippe KSIAZEK / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi édité par Camille Schmitt

Sur 900 affaires étudiées, une quarantaine d'homicides et de disparitions non élucidés ont retenu l'attention des enquêteurs car ils pourraient avoir un lien, de près ou de loin, avec Nordahl Lelandais. Ce sont les résultats de la cellule Ariane, mise en place afin de retracer le parcours du tueur présumé de la petite Maëlys

La cellule Ariane est composée de "7 gendarmes permanents qui sont du service de renseignement criminel à Pontoise, qui a le concours de toutes les sections de recherches impliquées dans les dossiers en question", explique le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie, invité de RTL. Elle a été créée en janvier 2018 suite aux deux affaires qui impliquent Nordahl Lelandais (le meurtre de Maëlys et la disparition d'Arthur Noyer). 

"Beaucoup de familles de victimes ont voulu savoir si leurs affaires n'avaient pas quelque chose à voir avec ce criminel", affirme le général. C'est pourquoi ils ont "recensé tous les cas sur un quart des départements français et sur une vingtaine d'années". Il s'agit à la fois d'homicides non résolus, de disparitions inquiétantes et de cas de cadavres non identifiés. 

Faire le tri parmi les dossiers

Pour passer au peigne fin ces dossiers, la cellule "a décidé de les coter selon 4 critères principaux : un critère de temps, de lieu, de type de victime et de sensibilité - médiatique ou dû au regard de l'enquêteur", explique Jean-Philippe Lecouffe. Sur les 40 cas retenus, les gendarmes essaient ainsi "de trouver des réponses pour les familles de victimes", sans pour autant travailler à charge contre Nordhal Lelandais. 

À lire aussi
Un blaireau (illustration) animaux
Somme : pourquoi le tribunal d'Amiens autorise l'abattage de 1.500 blaireaux

La cellule Ariane ne fait pas les enquêtes. "Une fois que l'on a sélectionné ces dossiers, on est revenu vers les enquêteurs et magistrats qui étaient en charge de ces dossiers", rappelle le général. "Ce sont eux qui décident du moment où il faut informer les familles", précise-t-il. "Des enquêteurs vont ré-explorer ces dossiers, voir s'il y a des choses qui ont été oubliées et voir si des choses peuvent encore être faites ou pas".

Cette cellule pourrait travailler encore pendant "3,4 ou 5 ans". Pour l'instant, elle n'est pas fermée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Nordahl Lelandais Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796973792
Nordahl Lelandais : "On essaie de trouver des réponses", affirme la gendarmerie
Nordahl Lelandais : "On essaie de trouver des réponses", affirme la gendarmerie
INVITÉ RTL - La cellule Ariane a identifié 40 cas qui pourraient être liés à Nordahl Lelandais, selon le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/nordahl-lelandais-on-essaie-de-trouver-des-reponses-affirme-la-gendarmerie-7796973792
2019-02-18 10:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lvVl_eGvzE0ZItgCAfp-1g/330v220-2/online/image/2018/0925/7794915334_une-pancarte-reclame-la-justice-pour-maelys-alors-que-la-reconstitution-de-la-nuit-du-drame-se-deroule-le-24-septembre-2018.jpg