2 min de lecture Faits divers

Nord : quand un patron de supérettes incite à mettre "tous les syndicalistes dans la chambre à gaz"

C'est sur sa page Facebook qu'il a publié un commentaire assurant vouloir mettre "Tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler". Les représentants locaux de la CGT ont déposé plainte.

Les syndicats et la patronat sont reçus à l'Élysée à partir de jeudi 12 octobre pour discuter des réformes de l'apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage.
Les syndicats et la patronat sont reçus à l'Élysée à partir de jeudi 12 octobre pour discuter des réformes de l'apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

C'est un simple commentaire Facebook qui aurait pu ne jamais avoir de conséquences s'il n'avait pas été remarqué par un membre de la CGT armentièroise. Comme le rapporte France 3 Hauts-de-France, un patron de plusieurs supérettes de l'Armentiérois a écrit un message de haine envers les syndicalistes sur son compte.

Le commentaire est assez explicite et représente un appel au meurtre : "Tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler" (sic). Son auteur est le patron de plusieurs supérettes à Nieppe, Aubers et Merville. Il l'a posté sur son profil Facebook avant d'être repéré par un syndicaliste CGT d'Armentières. 

L'homme commentait alors à sa propre publication véhémente traitant les syndicalistes de fainéants : "A tous les fainéants de syndicalistes, plus personne ne veut de vous en France, vous faites des blocages à 10 personnes plus personne ne vous suit, vous vous taper la honte".

Post Facebook Frédéric Roussel
Post Facebook Frédéric Roussel Crédit : Capture d'écran Compte Facebook Frédéric Roussel

Cinq plaintes ont été déposées

Quelques jours après la publication de ce commentaire, le secrétaire général du syndicat du transport CGT d’Armentières David Waegemacker le découvre en consultant le profil du patron de supérettes dans le cadre d'une autre procédure en cours et décide de signifier sa colère et son choc à son auteur . "J'ai commencé par voir cette publication, qui insultait les syndicalistes. Mais les insultes, c'est banal, on a l'habitude d'entendre dire qu'on est des fainéants, ça ne m'a pas fait rire mais bon", explique dans un premier temps le syndicaliste. 

©Capture d'écran Facebook David Waegemacker
©Capture d'écran Facebook David Waegemacker
À lire aussi
La famille de l'ingénieur français tué à Bogota pointe la responsabilité de Thalès. faits divers
Ingénieur français tué à Bogota : la famille pointe la responsabilité de Thales

Il continue en précisant avoir alerté l'Union locale de cet appel au crime.  "Ensuite j'ai lu les commentaires et je suis tombé sur cette référence aux Nazis. J'ai tout de suite fait une capture d'écran et j'ai interpellé l'Union locale. Tout le monde était très choqué", précise David Waegemacker. Cinq plaintes ont pour le moment été déposées pour "provocation publique à commettre un crime ou un délit"

L'homme assure "ne pas être raciste ni antisémite"

"Je ne suis pas raciste, je ne suis pas antisémite", a réagi l'auteur du commentaire contacté par téléphone. "C'était une boutade mal placée. Mais je comprends que des personnes aient pu être choquées et je m'en excuse, vraiment. Je ne pensais pas que cette publication était publique. C'était de l'humour noir, même si c'est une parole qui n'aurait pas du être mise. Mes valeurs, c'est le respect des personnes au quotidien. C'était une erreur qui ne se reproduira pas." 

Depuis la publication de l'article de La Voix du Nord, la publication a été supprimée du profil Facebook du patron de supérettes.  De son côté, Carrefour France a tenu à condamner "avec la plus grande fermeté ces propos inacceptables" tenus par un franchisé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nord Nazi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants