1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mort du petit Tony : "Il ne me montrait pas qu'il allait mal", explique sa mère au procès
1 min de lecture

Mort du petit Tony : "Il ne me montrait pas qu'il allait mal", explique sa mère au procès

La cour d’assises de la Marne examine l’enchaînement de violences qui a conduit à la mort de Tony, 3 ans, en novembre 2016. Caroline, la mère de l'enfant, risque cinq ans de prison pour "non-dénonciation".

Tony, 3 ans, est mort en 2016, victime des coups du compagnon de sa mère
Tony, 3 ans, est mort en 2016, victime des coups du compagnon de sa mère
Crédit : François NASCIMBENI / AFP
Mort du petit Tony : "Il ne me montrait pas qu'il allait mal", explique sa mère au procès
01:34
Anne Le Henaff - édité par Quentin Marchal

L'insoutenable procès du petit Tony se poursuit à la cour d’assises de la Marne. Cet enfant martyr, battu à mort par son beau-père à l'âge de trois ans en novembre 2016, était coincé entre un homme impulsif et violent et une mère immature et passive. Ce jeudi 4 février, la mère de l'enfant a témoigné pour la première fois mais a été incapable d'expliquer pourquoi elle n'a pas sauvé fils.

"Je ne sais pas, je n'ai jamais voulu tout ça" répète-t-elle en boucle entre deux sanglots. "Je m'interposais, je les séparais, le petit ne me montrait pas qu'il allait mal" a-t-elle ajouté aux jurés. Quatre jours avant la mort de Tony, Loïc Vantal, son beau-père, lui avait donné des coups de poings et jeté contre une armoire. "Je ne pensais pas que c'était si grave"  affirme Caroline, la mère de Tony. "Je l'ai protégé comme je pouvais, avec mes moyens", estime-t-elle. "Vous ne l'avez pas protégé", la coupe la présidente du tribunal.

Les légistes ont estimé que ces coups lui avaient fracturé la rate, ce qui entraîne des douleurs insoutenables et Tony ne mangeait plus lors de ces derniers jours. "Je pensais que c'était une gastro", a indiqué Caroline en précisant qu'elle craignait de l'emmener chez un médecin à cause de ses bleus. Selon le médecin légiste, Tony en avait 60 sur l'ensemble de son corps lorsqu'il est mort. Sa mère, Caroline, risque une peine de cinq ans de prison pour "non-dénonciation".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/