1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mort d'Yvan Colonna : "Dieu l'a frappé à travers mes mains", assure le meurtrier présumé
1 min de lecture

Mort d'Yvan Colonna : "Dieu l'a frappé à travers mes mains", assure le meurtrier présumé

Franck Elong Abé est suspecté d'avoir assassiné l'indépendantiste Yvan Colonna dans la prison d'Arles. L'ancien islamiste assure que "Dieu s'est servi de [ses] mains".

Yvan Colonna, le "berger de Cargèse"
Yvan Colonna, le "berger de Cargèse"
Crédit : FRENCH INTERIOR MINISTRY / AFP
Mort d'Yvan Colonna : "Dieu l'a frappé à travers mes mains", assure le meurtrier Franck Elong Abé
00:01:24
Anne Le Henaff - édité par Lison Bourgeois

L'indépendantiste corse Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars, près de trois semaines après sa violente agression à la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône). Il a été lynché par un codétenu le 2 mars dernier. Il a succombé à déchainement de violence inimaginable perpétré par un homme radicalisé, condamné pour terrorisme islamiste, nommé Franck Elong Abé. 

Libération a eu accès à ce qu'il a dit en garde à vue. Selon le journal, le meurtrier a dit aux enquêteurs de la police judiciaire de Marseille : "je considère que Dieu a frappé Yvan Colonna à travers mes mains". "Dieu s'est servi de mes mains pour riposter contre celui qui a blasphémé" aurait-il expliqué.

Yvan Colonna lui aurait dit lors d'une discussion sur la religion : "moi je crache sur ton Dieu". Cela aurait déclenché la colère de l'ancien jihadiste quelques jours plus tard. Franck Elong Abé est alors chargé de faire le ménage dans la salle de musculation.

L'ordre m'est venu d'agir

Franck Elong Abé, l’ancien islamiste suspecté de l’assassinat d’Yvan Colonna.

 Ce dernier entre alors dans la pièce où Yvan Colonna fait des exercices. L'ancien djihadiste l'attaque alors sans un mot le corse. "L'ordre m'est venu d'agir" dit-il. "J'appuie mon pied sur son cou, une ou deux minutes. Je commence à l'étrangler" détaille-t-il. 

À écouter aussi

Franck Elong Abé étouffe ensuite Yvan Colonna avec un sac poubelle puis une serviette. Lorsqu'un surveillant se rapproche, l'agresseur sort de la pièce et dit : "Colonna a fait un malaise". Il assure que son geste est un acte solitaire et qu'il n'a git pour le compte d'aucun groupe.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/