1 min de lecture Justice

Mont-Blanc : deux alpinistes poursuivis pour avoir abusé du secours en montagne

La justice va convoquer deux alpinistes qui auraient abusivement fait appel aux secouristes lors d'une ascension du Mont-Blanc.

Essuyant un premier refus, les deux alpinistes ont ensuite rappelé les gendarmes en faisant état de gelures (illustration).
Essuyant un premier refus, les deux alpinistes ont ensuite rappelé les gendarmes en faisant état de gelures (illustration). Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Deux alpinistes qui ont abusivement fait appel aux secouristes de haute montagne lors d'une ascension dans le massif du Mont-Blanc, vont être convoqués devant la justice, a fait savoir le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix.

Après un premier appel lors duquel les gendarmes les avaient invités à terminer leur course par eux-même jeudi, ces alpinistes avaient, à la nuit tombante, demandé à nouveau l'intervention des militaires, affirmant être victimes de "gelures", a expliqué le capitaine Patrice Ribes, adjoint au commandement du PGHM de Chamonix.

Hélicoptère ou taxi ?

Malgré la nuit, les gendarmes du PGHM décidaient alors de porter secours aux alpinistes avec un hélicoptère de la sécurité civile. Ces derniers étaient ensuite transportés aux urgences de l'hôpital de Sallanches dont ils ressortaient après une demi-heure et appelaient le PGHM pour récupérer leurs sacs et matériel, éveillant les soupçons d'un recours abusif aux secours en haute montagne.

Entendus le lendemain par les gendarmes, les deux alpinistes devront s'expliquer le 18 juin devant le tribunal correctionnel de Bonneville, a indiqué le capitaine Ribes, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

À lire aussi
Le siège de Google à Mountain View en Californie Belgique
Google condamné à 600.000 euros d'amende en Belgique

Le parquet a décidé de poursuivre les alpinistes pour "fausse divulgation de renseignements afin d'engager des secours", un délit passible de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende, a précisé le militaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Alpinisme Gendarmerie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants