4 min de lecture Police

Marseille : des opérations de pilonnage pour venir à bout du trafic de stupéfiants

REPORTAGE - Avec l’arrivée de la nouvelle préfète de police Frédérique Camilleri, de nouvelles opérations ont vu le jour dans la cité phocéenne pour combattre le fléau des trafics de drogue : les opérations de pilonnage.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Marseille : des opérations de pilonnage pour venir à bout du trafic de stupéfiants Crédit Image : Etienne Baudu / RTL | Crédit Média : Etienne Baudu | Durée : | Date : La page de l'émission
Etienne Baudu édité par Léa Stassinet

Gérald Darmanin est à Marseille ce jeudi 25 février. Il vient officialiser sur place un renfort d'effectifs. Il a en effet promis 300 policiers en plus pour lutter essentiellement contre le trafic de stupéfiants, ses revenus colossaux et ses guerres de territoire. 

Les règlements de comptes qui gangrènent les cités se sont multipliés. On compte pas moins de 4 morts rien que la semaine dernière. Dans cette guerre contre les trafiquants, Marseille est en première ligne et fait figure de laboratoire. La cité phocéenne a connu tout ou presque en matière de lutte contre ce fléau, des opérations aux noms plus ronflant les uns que les autres comme les lourdes opérations de pilotage renforcé. 

Les dernières en date, les opérations de pilonnage, destinées à déstabiliser les réseaux, ont été mises en place avec l’arrivée de la nouvelle préfète de police, Frédérique Camilleri. RTL en a suivi une la semaine dernière dans une cité des quartiers Nord.

Il s'agit d'opérations moins lourdes et plus mobiles avec des unités spécialisées comme les Brigades spécialisées de terrain qui connaissent parfaitement les cités et leurs trafics, il y en a deux dans les quartiers Nord. Elles sont épaulées par les BAC, les brigades anti-criminalité, les GPS, les groupes de sécurité de proximité et une fois par jour par une compagnie de CRS. Leur tactique : harceler les points de vente, taper vite et fort. 

Un point de vente de drogue à la cité de la Bricarde à Marseille.
Un point de vente de drogue à la cité de la Bricarde à Marseille. Crédit : Etienne Baudu / RTL
À lire aussi
décision de justice
Le rappeur Moha La Squale condamné à 6 mois de détention à domicile

L'opération se déroule en plein après-midi, dans la cité de la Bricarde qui compte 4 points de vente. 82 policiers sont présents. Une opération quasi militaire. Lorsque le top est donné, les équipages arrivés par les deux entrées de la cité descendent de voiture et coursent les guetteurs. Mais ils ont été repérés et une vingtaine de jeunes partent se cacher dans les collines qui surplombent la cité en lançant leurs cris à tue-tête pour avertir évidemment les autres guetteurs.

Sur le point de vente déserté, un brasero fume encore, et on peut apercevoir à côté trois caddies remplis de pierre et au fond, une immense fresque taguée sur le mur. Elle vous souhaite la bienvenue, vous donne les prix, et les horaires d'ouverture sont indiqués. On vous propose même un sens de circulation. 

Le point de deal abandonné.
Le point de deal abandonné. Crédit : Etienne Baudu / RTL

Le commissaire Patrick Longuet le patron de la division Nord explique que les dealers s'adaptent pour tenter de contrer leurs interventions, preuve s'il en est selon lui, de la gêne occasionnée. 

Et dans la cité, les policiers, à défaut d'avoir pu interpeller le charbonneur qu'ils avaient repéré, ont trouvé deux sacs de drogue et une sacoche dissimulés sous une plaque d'égout et sous une voiture avec à l'intérieur 2 kilos de cannabis et 700 euros. Pour le commissaire mission accomplie : "L'idée c'est de nuire au maximum au réseau. Il y a deux manques à gagner dans ce cas précis : ils ont perdu du produit, et notre présence dans la cité tue le point stup pendant 3, 4 heures. Donc là ce sont des millieurs d'euros que le réseau perd", affirme Patrick Longuet.

Un sac de sport rempli de produits stupéfiants conditionnés ainsi que la feuille de compte, découvert sous une plaque d’égout.
Un sac de sport rempli de produits stupéfiants conditionnés ainsi que la feuille de compte, découvert sous une plaque d’égout. Crédit : Etienne Baudu / RTL

Certains diront que cela n'empêche pas les dealers de revenir. Mais dans ces conditions, difficile pour une tête de réseau de se développer et de devenir incontournable au point d'empêcher les policiers de faire leur travail.

Quant au bilan global des opérations de pilonnage depuis le 10 janvier : en 6 semaines seulement la préfecture de police comptabilise 84 interpellations, la saisie de 27 kilos de cannabis, 400 grammes de cocaïne et 11.500 euros. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Marseille Drogue
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants