2 min de lecture Psychiatrie

Lynchage à Paris : ces jeunes "ne perçoivent plus la gravité de leurs actes", dit une psychiatre

INVITÉE RTL - "Les adolescents en grande souffrance peuvent utiliser, concevoir, penser la violence comme un jeu", précise le docteur Marie Touati-Pellegrin, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Lynchage à Paris : ces jeunes "ne perçoivent plus la gravité de leurs actes", dit une psychiatre Crédit Image : Capture Twitter / Mediavenir | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier édité par Marie Gingault

Dix jours après le passage à tabac de Yuriy, 15 ans, dans le quartier Beaugrenelle à Paris, l'enquête patine et ses agresseurs sont toujours en fuite. À coups de pieds, de poings, de bâtons, une dizaine de jeunes encapuchés ont lynché l'adolescent avant de l'abandonner gisant au sol. Des policiers ont confié à RTL qu'il n'y a pas plus de bagarres dans la capitale qu'il y a 20 ou 30 ans, mais que celles-ci sont plus brutales, ce que confirme Dr. Marie Touati-Pellegrin, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent. 

Selon les chiffres de la préfecture de police, "il semblerait qu'il y ait moins de bandes rivales en ce moment dans Paris, qu'elles commettent moins d'actes violents, mais qu'effectivement ces derniers sont beaucoup plus forts, beaucoup plus agressifs, beaucoup plus violents ces derniers temps", indique le docteur qui explique que "les adolescents en grande souffrance peuvent utiliser, concevoir, penser la violence comme un jeu".

Dans la notion de bande, il y a aussi la notion de territoire

Dr. Marie Touati-Pellegrin - psychiatre de l’enfant et de l’adolescent.
Partager la citation

"En l'absence de repères en termes de normes sociales, la règle et la norme du groupe prend le dessus sur la norme de la société et finalement c'est la loi du plus fort qui s'exprime", précise Dr. Marie Touati-Pellegrin avant d'ajouter : "Ça a comme conséquence une sorte de distorsion de la réalité avec des jeunes qui ne perçoivent plus la gravité de leurs actes". 

La psychiatre rappelle que "dans la notion de bande, il y a aussi la notion de territoire dans le sens où la bande se définit notamment et très fortement par le lieu où elle se développe". Ainsi, Dr. Marie Touati-Pellegrin conseille de leur "montrer autre chose, puis les aider à penser, leur quartier, leurs désirs et leur donner des responsabilités". "Quand on permet à un jeune de s'insérer dans son territoire autrement que par la violence il y a une façon d'investir les lieux de façon plus positive", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Psychiatrie Agression Bagarre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants