1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Lutte contre le trafic de cannabis : faut-il plus de sanctions ou une légalisation ?
1 min de lecture

Lutte contre le trafic de cannabis : faut-il plus de sanctions ou une légalisation ?

REPLAY - Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran et Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois et secrétaire national de l'UMP à la Sécurité, ont commenté le trafic de drogue qui exaspère les habitants de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Crédit : Elodie Grégoire
Lutte contre le trafic de cannabis : faut-il plus de sanctions ou une légalisation ?
10:45
Christelle Rebière & Vincent Parizot

Les habitants de Saint-Ouen ont exprimé leur ras-le-bol dimanche face à la recrudescence des dealers dans la ville. Plus de 200 personnes ont manifesté dans les rues de la petite commune de Seine-Saint-Denis, considérée comme le "supermarché de la drogue" par ses riverains. 

Face à cette situation, le ministre de l'Intérieur a assuré ce lundi matin lors de son interview sur RTL que des mesures puissantes vont être prises contre ceux qui organisent le trafic de drogue et ceux qui s'approvisionnent à Saint-Ouen.

Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran, appelle depuis plusieurs années l'État à prendre des mesures radicales pour lutter contre le trafic de cannabis. À la tête d'une petite ville exposée au même phénomène d'amplification de la circulation illégale de la substance, il réclame une légalisation de la consommation du produit. Cette solution étonnante est le meilleur moyen pour casser le trafic et enlever toute raison d'être aux dealers, selon lui. 

Cette vente de cannabis légalisée et encadrée pour les adultes, pourrait être gérée par l'État.

Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran

Bruno Beschizza, quant à lui, est vent debout contre cette légalisation du cannabis. Le secrétaire national de l'UMP à la Sécurité pense qu'une telle mesure n'est pas la solution pour lutter contre la toxicomanie.

L'État-dealer serait donc la solution face à des produits qui ne sont pas neutres pour nos enfants ?

Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois
À lire aussi

Le maire d'Aulnay-sous-Bois estime également que cette initiative ne va aucunement arrêter les dealers. Ces derniers étant de véritables businessmen, ils lanceront sur le marché d'autres produits à des taux plus élevés en THC pour recréer de nouvelles addictions vis-à-vis des jeunes.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/