1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les taxis mènent-ils un combat d'arrière-garde ?
1 min de lecture

Les taxis mènent-ils un combat d'arrière-garde ?

REPLAY INTÉGRAL – Le directeur général d'Uber France a déclaré ce jeudi que la société allait "contester" l'arrêté préfectoral interdisant le service UberPOP à Paris...

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
Les taxis mènent-ils un combat d'arrière-garde ?
30:30

On refait le monde avec :
- Hélène Pilichowski, journaliste,
- Jean-Luc Mano, conseiller en communication,
- Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro,
- Roland Cayrol, politologue.

UberPOP conteste son interdiction à Paris

Le préfet de police a pris cet après-midi un arrêté interdisant l'activité du service UberPOP à Paris. Mais le directeur général d'Uber France a affirmé que cette annonce "ne change rien". "C'est un arrêté préfectoral, on va le contester et on verra ce que donne le recours, pour l'instant ça ne change rien, UberPOP peut continuer", a déclaré Thibaud Simphal sur BFM Business.

Bernard Cazeneuve "n'a pas le pouvoir d'interdire une application. Seul le juge peut le faire. Il y a des procédures en cours", a par ailleurs rappelé le patron d'Uber France, en mentionnant la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur UberPOP, transmise cette semaine au Conseil constitutionnel.

La guerre des taxis est-elle dépassée ?

À écouter aussi

Pour Jean-Luc Mano, le combat des taxis est d'arrière-garde. "On est face à un affrontement qui est assez illustratif de la guerre entre la nouvelle économie et l'ancienne économie", estime-t-il.

Cette bataille est perdue.

Jean-Luc Mano, conseiller en communication
RTL vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/