2 min de lecture L'heure du crime

Les disparus du Fort de Tamié sont-ils tombés dans un piège ?

PODCAST - Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou disparaissent au Fort de Tamié à un an d'intervalle au même festival de musique. Des ossements viennent d'être découverts aux abords du Fort et l'ombre de Nordhal Lelandais plane sur ces disparitions.

Jean-Alphonse Richard L'heure du Crime Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Les ossements du Fort de Tamié, la piste Nordahl Lelandais Crédit Image : DR | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Marie Bossard

Dans la nuit du 10 au 11 septembre 2011, Jean-Christophe Morin, 22 ans, est venu faire la fête à 1.000 mètres d'altitude, au Fort de Tamié, près d'Albertville, en Savoie. Comme chaque année, ce soir-là se tient un festival de musique électro. Jean-Christophe n'a pas de voiture et s'est rendu au festival en stop, avec un de ses meilleurs amis.

Pendant la soirée, les deux amis se perdent de vue. Vers une heure du matin, l'un des responsables de la billetterie se souvient avoir vu Jean-Christophe Morin sortir de l'enceinte du festival, hagard et paniqué. Il aurait prononcé une seule phrase : "Quelqu'un m'en veut". Le surlendemain, l'ami qui l'accompagnait au Fort de Tamié frappe à la caravane dans laquelle il vit. La sœur de Jean-Christophe Morin et son père signalent sa disparition à la gendarmerie dans les heures qui suivent.

Un an plus tard, Ahmed Hamadou, 45 ans, se rend au même festival. Il est venu avec son ami Yann Kersuzan, mais ce dernier s'est fait remarquer devant l'entrée du Festival en faisant déraper son véhicule et s'est vu refuser l'entrée. Ahmed se retrouve donc seul au festival, condamné à rentrer par ses propres moyens. Il a l'habitude, il pratique souvent l'autostop. Le matin du 8 septembre, Yann s'inquiète pour son ami. Il a tenté de le joindre, mais n'a pas réussi à le joindre. Sa famille prévient également la gendarmerie de sa disparition.

Les deux disparitions sont traités dans des gendarmeries différentes. Sallanches pour l'un, Albertville pour l'autre. Aucun rapprochement n'est immédiatement établi entre les deux affaires malgré la coïncidence du lieu et de la date. L'enquête ne livre aucun élément probant. Il va falloir 6 ans pour que le dossier rebondisse.

Nos invités

À lire aussi
Culture
Coronavirus : "On va aller dans les festivals cet été", assure Roselyne Bachelot

Thibaut Solano, journaliste à Marianne
Adeline Morin, soeur de Jean-Christophe Morin

Soumettre une affaire

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jean-Alphonse Richard. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'équipe de l'émission vous recommande

 

Lire la suite
L'heure du crime Faits divers Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants