1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les agriculteurs suspendent temporairement leur mouvement
1 min de lecture

Les agriculteurs suspendent temporairement leur mouvement

REPLAY - Au plus fort de la mobilisation, près de 40 barrages ont été recensés en Bretagne, en Normandie et dans les Pays de la Loire. Les agriculteurs ne décolèrent pas contre la chute des prix de leurs produits.

Des tracteurs durant la manifestation des agriculteurs
Des tracteurs durant la manifestation des agriculteurs
Crédit : Jean-Baptiste Bourgeon / RTL
Levée d'un barrage dans le Morbihan le 29 janvier.
01:01
Ludovic Galtier
Journaliste

Depuis le 27 janvier, les agriculteurs multiplient les blocages de routes au trafic important pour crier leur détresse. Ils ont décidé de lever les barrages pour le week-end des 30 et 31 janvier. La détermination des manifestants est toutefois intacte. Vendredi 29 janvier, certains se trouvaient encore sur une quatre voix à Arzal (Morbihan). Elle relie Nantes et la Bretagne. À la nuit tombée, et après trois jours à occuper cette quatre voix, les tracteurs ont quitté les lieux. 

À contre cœur pour beaucoup d'éleveurs comme le jeune Bertrand et sa mère Nicole. Les agriculteurs ne décolèrent pas contre la chute des prix de leurs produits. "Pour moi, il fallait rester. C'est mon avenir qui est en jeu. S'il n'y avait que moi, on resterait là tout le week-end. Ce n'est que partie remise. Tant que l'on n'a rien vraiment de concret et de précis, il faut continuer la bataille. Les agriculteurs sont tellement au bord du gouffre, il faut continuer."

Les agriculteurs mettent la pression sur la grande distribution

Continuer à mettre la pression sur la grande distribution. Dès la semaine prochaine, des actions sont prévues pour bloquer l'approvisionnement des magasins. Bruno Calle, de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) du Morbihan, "Il est important qu'il y ait une prise de conscience de la grande distribution pour que les agriculteurs retrouvent un minimum d'espoir. Il est possible que dans une semaine, ils manquent de viande fraîche, de produits transformés. Peut-être faudra-t-il passer par là pour faire bouger les lignes. 

Parallèlement, les agriculteurs du Morbihan espèrent toujours être reçus dans la semaine par le président du Conseil régional de Bretagne en personne, Jean-Yves Le Drian.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/