"Les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas des aides mais un changement de cap"

REPLAY - Yannick Bodin, éleveur de bovins et de porcs, plaide pour plus de régulation au niveau européen.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere >
"Les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas des aides mais un changement de cap" Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédits Média : | Durée : | Date :
1/

Les agriculteurs vont-ils rebloquer le pays ? Il y a trois mois le ministre de l'Agriculture avait promis 600 millions d'euros d'aide pour aider les éleveurs en difficulté et alléger leurs charges. "Cet argent il est là et il commence à être distribué. La première vague de dossiers est arrivée avant le 30 septembre. Cette vague de dossiers est traitée aujourd'hui et les premiers versements sont versés chez les agriculteurs", a assuré Stéphane Le Foll sur RTL. "Moi je fais partie malheureusement de ce plan d'urgence et non , on n'a pas vu la couleur de cet argent", explique pourtant Yannick Bodin éleveur et président de la coordination rurale de la Manche. "Aujourd'hui à ma connaissance, personne n'a reçu d'argent", ajoute-t-il. 

Le premier semestre 2016 inquiète

Ce plan peut-il aider la filière ? "Non, un producteur de lait va perdre entre 35.000 et 40.000 euros cette année, or l'aide représentera 15.000 euros pour les producteurs les plus en difficulté. Vous comprenez que l'enjeu n'est pas couvert. Ce sont des aides mais les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas des aides mais un changement de cap et plus de régulation au niveau européen."

Ce que vous voulez, c'est un prix ? "Ce prix on ne l'a toujours pas et malheureusement le premier semestre 2016 va être pire puisqu'il est annoncé par des groupes comme Sevensia ou Bongrain moins de 265 euros le millilitre pour le premier semestre donc nous allons réellement rentrer dans la crise."

La solution ne viendra que par un courage politique accru

Yannick Bodin

Comment faire respecter ces prix ? "Le fond du problème c'est qu'il y a une pression telle au niveau des autres pays européens qui eux produisent pour moins cher que nous ne pouvons pas maintenir le prix sur notre marché".  La solution elle est européenne, vous disiez, mais la France est complètement isolée sur le plan européen ? "Il y a 9 ou 10 pays qui sont sur les mêmes principes. Nous sommes pour une europe mais pas celle des financiers. Avec le Tafta, le lait viendra du Canada, du Brésil et nous nous allons mourir de faim. Cela ne fait qu'accentuer la misère agricole. La solution ne viendra que par un courage politique accru et aujourd'hui aucune pression ne pèse sur l'Europe."

La rédaction vous recommande
par Christelle RebièreJournaliste RTL
Suivez Christelle Rebière sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780287266
"Les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas des aides mais un changement de cap"
"Les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas des aides mais un changement de cap"
REPLAY - Yannick Bodin, éleveur de bovins et de porcs, plaide pour plus de régulation au niveau européen.
http://www.rtl.fr/actu/politique/les-agriculteurs-aujourd-hui-n-attendent-pas-des-aides-mais-un-changement-de-cap-7780287266
2015-10-28 14:13:00
http://media.rtl.fr/cache/bf0UH5sd1yjVXEc3HVO4Rw/330v220-2/online/image/2014/0423/7771378173_vincent-parizot-et-christelle-rebiere.jpg