1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Le transfèrement de Salah Abdeslam suspendu par la Belgique
2 min de lecture

Le transfèrement de Salah Abdeslam suspendu par la Belgique

La justice belge souhaite entendre le terroriste dans d'autres affaires avant de le remettre à la France.

Salah Abdeslam, actuellement incarcéré dans le prison de haute sécurité de Bruges
Salah Abdeslam, actuellement incarcéré dans le prison de haute sécurité de Bruges
Crédit : DSK / POLICE NATIONALE / AFP
Michael Ducousso & AFP

Le transfèrement de Salah Abdeslam risque de prendre encore plus de temps que prévu. En effet, la Belgique "suspend (sa) remise" à la France "mais n'en remet pas en cause le principe", indique le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, ce vendredi 8 avril.
 
La veille, l'avocat de Salah Abdeslam, seul survivant du commando kamikaze à l'origine des attentats du 13 novembre à Paris, avait affirmé qu'il ne serait pas remis "avant plusieurs semaines". La justice belge souhaite le garder un peu plus longtemps en détention pour pouvoir l'entendre au moins dans l'enquête sur une fusillade survenue à Bruxelles trois jours avant son arrestation. Des coups de feu avaient été tirés sur les forces de l'ordre pendant l'opération policière liée aux attentats de Paris. Un complice présumé d'Abdeslam, l'Algérien Mohamed Belkaïd, avait alors été tué par la police, et deux autres hommes s'étaient enfuis.

Un simple contretemps judiciaire

Interrogé par nos confrères de l'AFP, le parquet fédéral belge avait estimé qu'il était "beaucoup trop tôt" pour se prononcer sur une quelconque date de remise à la France de Salah Abdeslam, arrêté le 18 mars à Bruxelles après quatre mois de cavale. Malgré tout, le ministre français de la Justice se montre confiant pour la suite de la procédure : "Son maintien en détention dans le cadre de la procédure belge suspend la remise de Salah Abdeslam aux autorités françaises, mais n'en remet pas en cause le principe. Elle est conforme à ce qu'autorise la procédure du mandat d'arrêt européen. Elle ne nuit en rien à la poursuite des investigations en France." En attendant sa remise effective, "les juges d'instruction français conservent la possibilité de solliciter des autorités judiciaires belges sa remise temporaire, afin notamment de permettre son interrogatoire et sa mise en examen", a-t-il poursuivi, précisant que "la présentation de cette demande relève de la seule compétence des autorités judiciaires".

Tout cela ne remet donc pas en question le transfèrement de Salah Abdeslam. L'opération est prévue depuis le mandat d'arrêt européen délivré par les juges d'instruction le 19 mars dernier et surtout depuis le 31 mars, et l'accord de principe donné par la justice belge sur la question de sa remise aux autorités françaises. Simplement, il fait aussi l'objet d'un mandat d'arrêt en Belgique, qui a été prolongé le 7 avril "au regard des nécessités de l'enquête conduite". Pas de quoi provoquer l'inquiétude de Jean-Jacques Urvoas qui se réjouit de la "coopération franco-belge", qualifiée de "réelle victoire dans la lutte contre le terrorisme". Le ministre insiste : il est "important que les investigations se poursuivent sereinement de part et d'autre de la frontière".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/