1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Le policier qui avait insulté une femme victime d'agression sexuelle suspendu
1 min de lecture

Le policier qui avait insulté une femme victime d'agression sexuelle suspendu

Le préfet de police de Paris a réclamé la suspension d'un policier après la diffusion d'un enregistrement ou il insulte copieusement une femme victime d'agression sexuelle lors d'un message vocal laissé par erreur.

Logo de l'IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale)
Logo de l'IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale)
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alice Moreno - édité par Romain Giraud

Un policier a été suspendu par le préfet de police de Paris après la diffusion de l’enregistrement diffusé par nos confrères de Mediapart ou ce dernier insulte copieusement une femme victime d’agressions sexuelles dans un message laissé par erreur sur le répondeur de la plaignante. 

Des propos qualifiés d'inadmissibles : ce jeune gardien de la paix appelle la plaignante pour qu’elle vienne compléter sa déposition mais elle ne décroche pas. Lui pense raccrocher le combiné mais l’enregistrement continue et le policier entame alors une conversation avec un de ses collègues. Il se lâche et couvre d'insultes la jeune femme qui n’a pas répondu :"Evidemment, elle refuse la confrontation, cette pute", peut-on entendre. 

Quand elle découvre finalement ce message long de trois minutes, la victime dépose plainte pour "injure". Le mis en cause a expliqué dans un rapport transmis à sa hiérarchie et consulté par RTL qu'il reconnaît un langage grossier qui n’était pas adapté en parlant de la victime. 

Des dysfonctionnements qui ne datent pas d'hier

Ce genre de dysfonctionnements en matière d'accueil dans les commissariats de police notamment sur des faits de violences conjugales ne date pas d'hier. En effet, selon un rapport publié mi-janvier 2019, une mauvaise prise en charge des victimes ou une posture professionnelle souvent inadaptée de la part des policiers sont mises en évidence. 

À lire aussi

Il faut souligner par ailleurs que ce rapport est resté dans les tiroirs de la préfecture pendant deux ans et a été publié que sous la pression des associations féministes. La préfecture assure quant à elle que ce diagnostic n’est pas révélateur de la situation actuelle mais qu’il établit un état des lieux préalable au travail de fond réalisé depuis ce constat. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/