1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Le journal de 12h30 : la maman de Justine "dégoutée" après la relaxe de la SNCF et RFF
3 min de lecture

Le journal de 12h30 : la maman de Justine "dégoutée" après la relaxe de la SNCF et RFF

REPLAY - Le tribunal correctionnel de Caen a condamné les entités à verser 103.000 euros à la famille de l'adolescente, percutée par un train.

Sandrine Colette, la mère de Justine.
Sandrine Colette, la mère de Justine.
Crédit : Frédéric Veille
Le journal de 12h30 : la maman de Justine "dégoutée" après la relaxe de la SNCF et RFF
19:40
Julien Sellier & La rédaction numérique de RTL

En 2010, Justine était percutée de plein fouet par un train Paris-Cherbourg alors qu'elle traversait les voies en gare d'Audrieu, dans le Calvados, pour rejoindre son petit-ami. Le 7 février, le Tribunal correctionnel de Caen a condamné la SNCF à verser 103.000 euros à la famille, reconnaissant que la SNCF et RFF étaient responsables de l 'accident sur le plan civil. Cependant, les deux institutions ont été relaxées sur le volet pénal, le tribunal reconnaissant qu'il y avait eu défaillance de signalisation mais ne parvenant pas a établir clairement qu'il y'avait un lien entre la défaillance et l'accident.

Cette relaxe a été vécue comme un affront pour Sandrine Colette, la mère de l'adolescente décédée. "Je suis dégoûtée et surtout très triste", a-t-elle déclaré au micro de RTL. "Je pense à ma fille, elle est morte tuée par un train en traversant là où elle aurait dû. Il y a eu un manque à la sécurité qui a été avéré et que tout le monde voit, sauf le tribunal", s'est emportée la mère de famille. Selon elle, la justice n'a pas fait son travail comme il fallait. "[La SNCF et RFF] ont-elles tout pouvoir ?", a-t-elle ainsi interrogé. Et d'affirmer qu'elle n'en restera pas là. "On va continuer, je n'ai plus rien à perdre, l'essentiel étant parti, a-t-elle lâché, on va aller jusqu'au bout".

À écouter également dans ce journal :

- Bygmalion : Nicolas Sarkozy a été renvoyé devant le tribunal correctionnel dans l'affaire du dépassement de son plafond de dépenses de campagne en 2012. Le juge a estimé qu'il avait été impossible pour l'ancien président de ne pas savoir que ses comptes étaient dans le rouge. Sans nécessairement savoir, cependant, qu'un système frauduleux d'escroquerie avait été monté. Nicolas Sarkozy, par la voix de ses avocats, a décidé de faire appel, motivé notamment par le fait que l'ordonnance de renvoi a été signée par un seul des deux juges saisis. 

- Penelopegate : François Fillon commence-t-il une nouvelle campagne ? Le 7 février, il a affirmé lors d'une réunion avec les parlementaires LR qu'il continuait. "Quand je vous ai vus, la semaine dernière, je vous avoue j'étais déstabilisé. J'ai eu une pensée émue pour Nicolas Sarkozy", a-t-il déclaré. Et remanier son équipe : Christian Jacob co-dirigera la campagne, il n'y aura plus qu'un seul porte-parole, Thierry Solère. François Fillon a promis de faire une campagne à droite, "sans concessions sur [les] valeurs". "Je vous demande une chose, a-t-il dit, tout donner".

À lire aussi

- Affaire Fillon : les réactions fusent au lendemain de la conférence de presse du candidat. Marine Le Pen a dénoncé, mardi, un "mensonge" de la part de François Fillon. Jean-Christophe Cambadélis lui a déclaré que le candidat "a pris en otage son propre camp". Selon une enquête Harris Interactive, 65 % des Français estiment que François Fillon n'a pas convaincu lors de sa conférence de presse.

- Marseille : ils étaient quelque 400 membres du personnel hospitalier de la ville à manifester le 7 février au matin. "On est à la limite, il n'y a plus de planning, il n'y a plus de vie personnelle, on a un nombre d'arrêts maladie grandissant, et on ne se demande pas", s'est énervé un manifestant au micro de RTL. "L'état réduit les budgets, toutes les années on a des déficits", a-t-il dénoncé.

- Attaque au Carrousel du Louvre : après quatre jours, l'agresseur a enfin parlé. Abdallah el-Hamahmy a confirmé son identité, il est un égyptien de 29 ans, directeur commercial aux Émirats Arabes Unis, et fils d'un haut gradé égyptien.

- Syrie : Amnesty International dénonce, dans une nouvelle enquête, des crimes contre l'humanité contre le gouvernement de Bachar al-Assad. L'ONG accuse le régime d'avoir pendu dans le secret 13.000 personnes en cinq ans, la plupart des civils opposés au gouvernement, entre 2011 et 2015.

- Aulnay-sous-bois : troisième nuit de violences après l'interpellation de Théo, 22 ans. Même si les quatre policiers accusés de l'avoir agressé ont été mis en examen, dont un pour viol, des poubelles et voitures incendiées ont été constatées. Quelque 26 personnes ont été interpellées.

- Commerce : le déficit commercial français dépasse les 48 milliards d'euros. L'exportation est pourtant l'un des piliers de la croissance française. L'euro qui s'est apprécié, la consommation britannique qui a baisse après le Brexit, alors que c'est avec le Royaume-Uni que la France dégage le plus d'excédents, et la remontée du prix de baril de pétrole font partie des facteurs qui expliquent ce déficit.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/