1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Enrico Macias porte plainte pour "recel d'escroquerie" après la perte de 400.000 euros
2 min de lecture

Enrico Macias porte plainte pour "recel d'escroquerie" après la perte de 400.000 euros

VU DANS LA PRESSE - Le chanteur ainsi qu'un ami avaient investi au total 800.000 euros dans un projet de centre esthétique. Les mis en causent estiment être victimes d'une tentative d'extorsion.

Enrico Macias, en octobre 2018, à Paris.
Enrico Macias, en octobre 2018, à Paris.
Crédit : LUCAS BARIOULET / AFP
Étienne Bianchi

Alors qu'il fêtera ses 83 ans en décembre, Enrico Macias se retrouve au cœur d'une affaire rocambolesque. Le chanteur et un ami, René, ont porté plainte le 14 septembre à Paris pour "recel d'escroquerie" dans une histoire vieille de dix ans.

Tout débute en mars 2011, Enrico Macias et son ami décident d'investir 400.000 euros chacun dans un projet de clinique esthétique porté par le médecin Martial Benhamou, radié de l'Ordre des médecins depuis, et son gendre Grégory Sénac, rapporte Le Parisien. Le but est de lancer des centres esthétiques moderne qui promettent de "de nouvelles solutions sans chirurgie, en se basant notamment sur la téléconsultation". 

Une fois la somme reçue sur un compte basé en Israël, les deux mis en cause affirment avoir adressé les contrats de cession à leur deux investisseurs. Puis, malgré les relances, Martial Benhamou et Grégory Sénac ne donnent plus de nouvelles pendant plusieurs années.

Projet abandonné ?

Puis en 2013, Gaston Ghrenassia, le nom d'état civil de l'artiste, et René se rendent compte qu'ils ne figurent pas dans les statuts de la société. "Nous avons versé de l'argent à Martial Benhamou pour investir dans l'entreprise, or nous n'avons jamais été investis dans l'entreprise", estime l'ami d'Enrico Macias au Parisien

À lire aussi

Nouveau rebondissement en 2016, Martial Benhamou et Grégory Sénac acceptent de rembourser la somme de 116.200 euros en quatorze fois. Or, les versements s'arrêtent en 2018, à la fureur des deux bénéficiaires qui décident de porter plainte. 

Les avocats de la défense, Nicolas Cassart et Christophe Oger, affirment que la société compte bien le chanteur et son ami dans ses statuts, mais que le projet "n'a pas réussi à se développer" et "tous les associés ont perdu leur investissement". Dès lors, Grégory Senac et Martial Benhamou s'estimeraient victimes d'une "tentative d'extorsion de fonds” de la part de l'interprète des Filles de mon pays et de son ami.

Fausses factures

Maîtres Cassar et Oger affirment également au Parisien que Enrico Macias et René ont "exigé de se voir rembourser cette somme par l'émission de fausses factures adressées à d'autres sociétés. Nos clients ont très justement refusé un tel procédé et ont demandé le remboursement de sommes indûment versées en l'absence de contreparties".

Une épine de plus dans le pied du chanteur qui, dans le cadre d'une autre affaire, doit rembourser 35 millions d'euros à la banque Landsbanki Luxembourg. Enricos Macias, accompagné d'une centaine d'autres plaignants, a depuis porté plainte pour escroquerie. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/