1 min de lecture Société

Laurence Rossignol relance le débat sur les châtiments corporels

REPLAY INTÉGRAL - Au programme : Faut-il interdire les punitions corporelles ? Alain Juppé a été élu "homme politique de l'année" par le magazine "GQ". Marisol Touraine refuse d'abandonner la généralisation du tiers payant. Gérard Collomb souhaite une période d'essai de 2 ou 3 ans pour un CDI.

Thomas Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
Laurence Rossignol relance le débat sur les châtiments corporels Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission

On refait le monde avec :
- Denis Tillinac, écrivain,
- Roland Cayrol, politologue et directeur du Centre d'études et d'analyses (Cetan),
- Guillaume Perrault, journaliste politique au Figaro,
- Claude Cabanes, écrivain et éditorialiste pour l'Humanité.

Laurence Rossignol relance le débat sur les châtiments corporels

À la veille de la Journée internationale des droits de l'enfant, Laurence Rossignol, secrétaire d'État en charge de la Famille, a fait part mardi de son souhait de promouvoir "une éducation sans violence" à la faveur d'une "prise de conscience collective", autour des punitions corporelles envers les enfants.


Faut-il prohiber les châtiments corporels ?


Depuis toujours, Denis Tillinac est opposé à la permissivité à l'égard des enfants. Pour lui, cette politique n'a donné que des mauvais résultats, depuis son application dans les années 70. L'écrivain n'est donc pas contre des gifles administrées aux enfants, pour éviter qu'ils deviennent de "petits fauves immatures et barbares".

Une paire de gifles de temps en temps n'a jamais fait de mal à personne, mais il ne faut pas tabasser les enfants pour rien.

Denis Tillinac, écrivain
Partager la citation
À lire aussi
Des cadeaux de Noël sous un sapin (illustration) Coronavirus France
Covid-19 : deux prix Nobel proposent un confinement en décembre pour "sauver Noël"

Roland Cayrol, quant à lui, est convaincu que le châtiment corporel doit être banni du domaine de l'éducation. Selon le politologue, cette suppression est indispensable pour abolir un jour la violence au sein de la civilisation française.

Oublier tout recours à la violence physique dans l'éducation serait un signe de progrès important pour la société française.

Roland Cayrol, politologue et directeur du Centre d'études et d'analyses
Partager la citation
RTL vous recommande
Lire la suite
Société Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants