1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. La Cour européenne des droits de l'homme valide l'arrêt des soins à Vincent Lambert
2 min de lecture

La Cour européenne des droits de l'homme valide l'arrêt des soins à Vincent Lambert

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a validé vendredi l'arrêt des soins à Vincent Lambert, estimant que sa mise en oeuvre ne violerait pas le droit à la vie du tétraplégique.

Le président de la Cour européenne des droits de l'homme, Dean Spielmann, le 23 avril 2015
Le président de la Cour européenne des droits de l'homme, Dean Spielmann, le 23 avril 2015
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a validé vendredi 5 juin l'arrêt des soins à Vincent Lambert, estimant que sa mise en oeuvre ne violerait pas le droit à la vie du tétraplégique. La Cour a dit, "par 12 voix contre 5, qu'il n'y aurait pas violation de l'article 2 (de la Convention européenne des droits de l'Homme, régissant le droit à la vie) en cas de mise en œuvre de la décision du conseil d'État autorisant l'arrêt des soins", a rapporté son président Dean Spielmann.

La mère de Vincent Lambert "scandalisée"

Victime d'un accident de la route en 2008, qui a provoqué des lésions cérébrales irréversibles, Vincent Lambert, 38 ans, est hospitalisé dans une unité de soins palliatifs au CHU de Reims, où il est nourri et hydraté artificiellement. Son épouse demande l'arrêt des soins afin de le "laisser partir dignement", tandis que sa mère, Viviane Lambert, s'oppose à ce qu'elle considère comme une "euthanasie déguisée".

Quelques minutes après le verdict, cette dernière a communiqué sa volonté de continuer à se "battre". Elle se dit également "scandalisée" par cet arrêt de la CEDH, validant la décision rendue par le Conseil d'État le 24 juin 2014, qui avait autorisé l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles de Vincent Lambert.

On aimerait vraiment que sa volonté soit faite

Rachel Lambert, femme de Vincent Lambert

L'avocat des parents, Me Jean Paillot, avait clairement annoncé qu'il ne baisserait pas les bras en cas d'une décision défavorable de la CEDH et qu'il introduirait de nouveaux recours en France. Selon Me Paillot, il y a "des éléments nouveaux" qui changent la donne, comme le fait que "Vincent a recommencé à déglutir".

À lire aussi


La femme de Vincent Lambert s'est elle dite "bouleversée" peu après la lecture de la décision de la CEDH. "Il n'y a pas de soulagement ou de joie à exprimer. Pour reprendre une expression d'une des demi-soeurs de Vincent, on aimerait que sa volonté soit faite", a ajouté Rachel Lambert. Son avocat a estimé qu'il "serait très sage de respecter cette décision : toutes les voies internes ont été épuisées et la voie européenne aussi".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/