1 min de lecture Justice

Jonathann Daval : sa personnalité "obsessionnelle" mise au jour

Une nouvelle expertise psychiatrique a récemment révélé chez Jonathann Daval l'existence d'une personnalité "obsessionnelle", avec de "sévères" troubles obsessionnels compulsifs, apparus dès l'adolescence.

Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval.
Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval. Crédit : Dimitri Rahmelow
Maeliss
Maeliss Innocenti Journaliste

Jonathann Daval, qui a avoué avoir tué son épouse Alexia en octobre 2017 et est incarcéré à la maison d'arrêt de Dijon depuis février 2018, doit être jugé en 2020. Sa responsabilité pénale sera pleinement engagée puisqu'aucun trouble psychique ou neuropsychique -ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes (article122-1 du Code pénal)- n'a été détecté.

Cet été, le meurtrier présumé d'Alexia Daval a été examiné par un deuxième expert psychiatre, qui a décrit une personnalité "de type obsessionnel" et une "pathologie de personnalité" dans son rapport, que nos confrères du Point ont pu consulter.


Selon le Dr Canterino, Jonathann Daval souffre de "sévères" troubles obsessionnels compulsifs (TOC) qui ont commencé à l'adolescence, et qui se sont transformés au fil du temps en "amour de l’ordre, de la propreté, du rangement et une persistance de rites de vérification".

"Ce que je vous, c'est qu'elle se taise"

Cette personnalité obsessionnelle peut induire un refoulement de l'agressivité. "Il peut y avoir un retour du refoulé et c'est visiblement ce qui s'est produit au moment des faits", a précisé le psychiatre.

À lire aussi
Pierre Joxe, ancien ministre de la Défense et de l'Intérieur justice
Le parquet de Paris ouvre une enquête contre l'ancien ministre Pierre Joxe pour agression sexuelle

Lors de son entretien avec ce médecin, Jonathann Daval a aussi décrit ce qu'il s'était passé la nuit du meurtre, du 27 au 28 octobre 2017. Le prévenu a expliqué qu'il avait eu une "dispute" avec sa femme. "Elle m'a dit : 'T'es pas un homme !' Elle m'a frappé avec les pieds et les mains, elle m'a poussé, alors je l'ai bloquée, je l'ai étranglée et je l'ai frappée. Ce que je voulais, c'est qu'elle se taise". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Jonathann Daval Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants