3 min de lecture Inondations

Inondations : ce qu'il faut savoir sur la décrue qui s'amorce en Île-de-France

ÉCLAIRAGE - La décrue inquiète déjà, alors qu'un pic du niveau de la Seine est annoncé à 6,10, voire 6,60 mètres par Vigicrue.

Les inondations à Nemours (Seine-et-Marne)
Les inondations à Nemours (Seine-et-Marne) Crédit : Jocelyn Meynard
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

La Seine devrait atteindre un pic situé entre 6,10 et 6,60 mètres, selon les services de prévention, ce vendredi 3 juin. Rien de comparable avec la crue centennale de 1910 quand le niveau du fleuve a atteint 8,62 mètres mais le niveau d'eau atteint en 1982 pourrait être battu. Les conséquences et les dégâts sont déjà importants. Deux personnes, une octogénaire et un septuagénaire, ont trouvé la mort dans ces inondations. Si la vigilance rouge a été levée par Météo France en Seine-et-Marne, le phénomène devrait tout de même se poursuivre ce vendredi 3 juin. Treize départements sont désormais en vigilance orange.

Pour l'heure, la pluie s'est arrêtée mais la décrue qui s'amorce en amont, en Seine-et-Marne notamment, va propager l'eau en aval, soit en direction de Paris. L'événement parisien est donc loin d'être terminé. Une fois le pic enregistré à Paris, la décrue va toutefois peu à peu s'amorcer. C'était déjà le cas à Montargis et à Nemours, en Seine-et-Marne, où l'équipe de RTL Petit Matin avait pris ses quartiers dès 4h30, ce vendredi 3 juin. 

Des péniches renversées pendant la décrue ?

Impossible de savoir combien de temps la décrue peut durer. Une chose est sûre : elle devrait être très lente, bien plus lente que la crue, à en croire les spécialistes. Elle pourrait avoir des conséquences pour le moins surprenantes, notamment pour les péniches qui longent les quais de Seine. Dans Le Figaro, Christian Duguet, président de la Fédération des Associations de défense de l'Habitat fluvial, explique que "tant que l'eau monte ce n'est pas vraiment un danger pour les péniches puisqu'elles vont monter avec l'eau. Une péniche ne sera donc pas inondée comme le sont des maisons qui se retrouvent avec plus d'un mètre d'eau à l'intérieur".

Avant de poursuivre : "Au moment où l'eau va commencer à baisser il faudra être très vigilant pour que les péniches ne restent pas échouées sur les quais. D'autant plus si elles ne sont pas bien à plat ou pire si elles se retrouvent à cheval entre le quai et l'eau. À ce moment-là, la coque du bateau peut se déformer, se crever et il est bon pour la casse", explique au quotidien un responsable du chantier naval Vandebossche à Villeneuve-la-Garenne.

Un bilan humain plus lourd ?

À lire aussi
Orages (illustration) météo
Orages : plus que 6 départements en vigilance orange

Si pour l'heure, deux personnes ont perdu la vie, le nombre de victimes pourrait être revu à la hausse, selon Ségolène Royal. Sur France 2, la ministre a préparé la population au pire. "Il est à craindre (...) qu'on puisse découvrir des victimes." Les personnes âgées et handicapées sont évidemment les plus vulnérables.

Les dangers du retour à la maison

Après la fin de la décrue, le retour à la maison est délicat pour les sinistrés. Marqués psychologiquement par le drame, ils devront faire face à de nouveaux risques une fois rentrés chez eux. Il convient de faire vérifier toutes ces installations (gaz, chauffage, électricité) avant de les remettre en marche. Les risques d'intoxication sont aussi très élevés. L'eau du robinet peut devenir non potable, comme cela semble être le cas à Coulommiers, en Seine-et-Marne, où le système de distribution des eaux a été endommagé à cause des crues. Des distributions de bouteilles d'eau sont organisées par la mairie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Inondations Île-de-France Seine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants