2 min de lecture Marseille

Incendies au nord de Marseille : "Il y a eu le feu de partout, la fumée, on a été asphyxié", raconte Mourad, un habitant de Vitrolles

REPORTAGE - Les habitants de Vitrolles, à moins de 30 km de Marseille, ont dû être évacués face à l'avancée des flammes.

Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Incendies au nord de Marseille : "Il y a eu le feu de partout, la fumée, on a été asphyxié", raconte Mourad, un habitant de Vitrolles Crédit Image : BERTRAND LANGLOIS / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens
et Eléanor Douet

Plus de 2.500 hectares de garrigue ont été ravagés aux portes de Marseille, mercredi 10 août et 1.500 pompiers luttent toujours contre les flammes ce jeudi matin. L'incendie semblait perdre de son intensité cette nuit, mais il n'est toujours pas maîtrisé, attisé par le mistral. Trois foyers sont toujours actifs sur les communes de Saint-Victoret, des Pennes Mirabeau, et de Vitrolles au nord de Marseille. À Vitrolles, une vingtaine d'habitations ont brûlé et des milliers de personnes ont été évacuées ou sont parties d'elles même face à l'avancée des flammes. Toute la nuit, trois gymnases sont restés ouverts pour les accueillir.

>>> Suivez la situation en direct

Dressées au milieu de la salle sur le revêtement synthétique, de petites tentes rouges accueillent les familles évacuées. Autour d'elles, des dizaines d'habitants se reposent sur des lits de camp. Vêtu d'un simple bermuda, ses tongs aux pieds, Robert se réchauffe avec une couverture après avoir dû quitter sa maison en quelques minutes seulement. "La police est venue et nous a évacués. On a pris les papiers... Pas grand chose", explique-t-il, la voix fatiguée. "On a un peu arrosé les volets pour que ça brûle moins vite et depuis on est là". Dans le gymnase, gilets rouges sur les épaules, des bénévoles de la Croix-Rouge distribuent du café chaud et des sandwiches.

J'ai peur pour les animaux que je n'ai pas pu récupérer. C'est l'angoisse.

Carole, une habitante de Vitrolles
Partager la citation

Mourad habite à proximité et il est venu avec sa femme et ses trois enfants. "On n'a pas le choix. Il y a eu le feu de partout, la fumée, on a été asphyxié", raconte-t-il. "On a été obligé de sortir avec les voisins, les personnes âgées. On a vérifié si les voisins étaient bien sortis". Assise sur des escaliers, Carole a tout laissé derrière elle : sa voiture, ses affaires et ses trois chats dans son appartement. "L'appartement je m'en fiche, s'il brûle ce n'est pas grave. Après, c'est les voisins, les bébés et les personnes âgées. J'ai peur pour les animaux que je n'ai pas pu récupérer. C'est l'angoisse", confie-t-elle. Ce matin, les habitants espèrent pouvoir rapidement regagner leurs maisons afin de constater les dégâts causés par le feu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Incendie Bouches-du-rhône
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants