1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Incendie du Cuba Libre : quatre ans de prison ferme requis contre les gérants du bar
1 min de lecture

Incendie du Cuba Libre : quatre ans de prison ferme requis contre les gérants du bar

Le drame avait fait 14 morts en août 2016, à Rouen. Deux frères et ex-gérants du bar comparaissent pour homicide involontaire.

La façade du Cuba Libre où 14 personnes sont décédées le 6 août 2016.
La façade du Cuba Libre où 14 personnes sont décédées le 6 août 2016.
Crédit : Frédéric Veille
Incendie du Cuba Libre : quatre ans de prison ferme requis contre les gérants du bar
01:20
Incendie du Cuba Libre : quatre ans de prison ferme requis contre les gérants du bar
01:20
Frédéric Veille - édité par Esther Serrajordia

Quatre ans de prison ferme ont été requis pour les deux ex-gérants du bar Cuba Libre, qui comparaissent en correctionnelle à Rouen pour homicides involontaires. Un incendie s'était déclaré dans le bar en août 2016. Quatorze personnes y avaient péri. Les victimes s'étaient retrouvées bloquées dans une salle en sous-sol, prises dans une véritable souricière. Elles fêtaient l'anniversaire d'une amie lorsque deux bougies du gâteau d'anniversaire ont enflammé le plafond de l'escalier.

Âgés de 48 et 40 ans, Nacer et Amirouche Boutrif sont jugés pour "avoir involontairement causé la mort" de 14 personnes, et blessé 5 autres grièvement. 


Le procureur a demandé 4 ans. Au cours de son réquisitoire, il a rappelé les dix manquements à la sécurité qui ont fait que ce drame était "inévitable". "Travaux dissimulés, mousse isolante hautement inflammable, cave inaccessible, issue de secours fermée, absence d'extincteur... Cet établissement était une somme de manquement qu'ils ont essayé de dissimuler sous le principe du 'pas vu pas pris'", a-t-il déclaré. Le procureur a donc retenu les circonstances aggravantes pour les deux frères Boutrif.

La peine doit tenir compte de la litanie des manquements et du préjudice épouvantable pour les familles qui viennent de subir une semaine éprouvante, à la limite de l'insoutenable. Quatre ans de prison ferme, plus une interdiction définitive d'exercer, de gérer un bar ou une discothèque ont donc été requis. Les familles semblent particulièrement insatisfaites. Les plaidoiries de la défense sont attendues dans l'après-midi. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/