1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Incendie à Notre-Dame de Paris : le point sur l'enquête

Incendie à Notre-Dame de Paris : le point sur l'enquête

La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale est privilégiée par les 40 enquêteurs de la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaires (DRPJ) mobilisés.

Notre-Dame de Paris en proie aux flammes, lundi 15 avril 2019.
Notre-Dame de Paris en proie aux flammes, lundi 15 avril 2019.
Crédit : Fabien Barrau / AFP
Paris sous le choc après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris
00:45
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Le terrible incendie qui a détruit une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris est ce mardi 16 avril au matin maîtrisé. L'édifice "est sauvé", "mais il faut rester prudent", a expliqué Laurent Nuñez, secrétaire d'État à l'Intérieur, invité au micro de RTL. Le sinistre, qui s'est déclaré aux alentours de 18h50 lundi 15 avril, a ravagé le toit de l'édifice et sa flèche, l'un des symboles de la capitale. 

Les causes de ce drame restent pour le moment inconnues mais une enquête a d'ores et déjà été ouverte pour "destruction involontaire par incendie", a précisé le parquet dans la soirée. La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale "retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations", a précisé une source proche du dossier. L'enquête a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DPRJ), le plus grand service de police judiciaire de la capitale.  

40 enquêteurs de la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaires mobilisés

D'après nos informations, 40 enquêteurs de la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaires (DRPJ) sont mobilisés sur l'enquête, ainsi que 12 policiers scientifiques de l'identité judiciaire. Une douzaine d'auditions d'employés des entreprises qui intervenaient sur le chantier ont été menées depuis lundi soir, selon les informations de RTL. 

En effet, au cœur de la nuit, les enquêteurs ont commencé à recueillir les témoignages des personnes qui travaillaient sur le chantier. Si le feu a pris dans les combles de l'édifice, il semble être parti au niveau d'échafaudages installés sur le toit pour les besoins du chantier, démarré en juillet 2018.

À lire aussi

Ce que le porte-parole du monument certifie, c'est qu'à l'heure du déclenchement de l'alarme incendie (18h30), tous les ouvriers avaient quitté le chantier. Plus d'une dizaine d'entreprises interviennent sous la responsabilité d'un architecte des monuments historiques et de l'État, propriétaire de la cathédrale. Des acteurs qui vont tous être longuement interrogés pour tenter de déterminer si une erreur humaine peut-être à l'origine de cette tragédie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/