2 min de lecture Pyrénées-Atlantiques

Incendie à Anglet : le feu serait "d'origine humaine" selon le parquet de Bayonne

Selon le parquet de Bayonne, l'incendie qui a ravagé 165 hectares de forêt et végétations ce jeudi 30 juillet à Anglet, est "d'origine humaine".

L'incendie a ravagé 165 hectares de forêt et de végétation jeudi 30 juillet à Anglet
L'incendie a ravagé 165 hectares de forêt et de végétation jeudi 30 juillet à Anglet Crédit : GAIZKA IROZ / AFP
Marie Gingault et AFP

Le violent incendie qui s'est déclaré à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) jeudi 30 juillet serait "d'origine humaine", selon les premières constatations de l'enquête. Les flammes ont ravagé 165 hectares de forêt et de végétation en cœur de ville. 

Ce samedi 1er août, Caroline Parizel vice-procureur de Bayonne, a déclaré qu'"il n'y a pas eu de foudre ou fil électrique qui aurait provoqué une étincelle". Pour le parquet de Bayonne il s'agit donc d'"une action humaine, ce qui veut dire qu'il y a eu une intervention de l'homme, mais ça peut être un mégot de cigarette, ou un tesson de bouteille qui aurait fait effet loupe."

Les premières constatations techniques ont été menées ce samedi matin par les enquêteurs de la police judiciaire de Bayonne, chargée de l'enquête, assistés de deux équipes de police scientifique de Toulouse et de Marseille, "spécialistes dans les incendies de forêts", de l'Office national des forêts et du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours).

Une enquête pour "destruction par incendie" a été ouverte

L'enquête a déjà permis de déterminer une zone unique de départ de feu. Celle-ci se situe aux abords du stade de rugby Orok Bat, dans un complexe sportif adossé à la forêt de Chiberta. Les enquêteurs doivent désormais établir si le feu est d'origine criminelle ou non, et si la mise à feu était volontaire. "Il y a eu des prélèvements faits pour voir si on peut en déterminer la cause", a précisé Mme Parizel. "C'est le plus difficile selon les experts", car pour déterminer l'origine volontaire et donc criminelle de l'incendie, il faut "retrouver l'élément déclencheur", a indiqué la vice-procureur. 

À lire aussi
Un parapentiste a disparu depuis plusieurs jours dans les Pyrénées (illustration). faits divers
Pyrénées : le parapentiste disparu retrouvé mort

Vendredi 31 juillet, une enquête pour "destruction par incendie" a été ouverte par le parquet de Bayonne, qui a rappelé que "même en l'absence de caractère intentionnel", la destruction de forêt peut constituer un délit passible de 5 à 7 ans d'emprisonnement.

Les pompiers restent mobilisés sur place

Tous les prélèvements nécessaires à l'enquête ont été réalisés ce samedi 1er août. Les conclusions des experts sont attendues dans les prochains jours, a indiqué le parquet de Bayonne. Aux 165 hectares ravagés dans la forêt de Chiberta s'ajoutent cinq maisons de lotissements adjacents qui ont également été détruites par les flammes. Aucune victime n'est à déplorer, une vingtaine de personnes sont passées par l'hôpital pour des problèmes d'intoxication dus à la fumée, mais sans gravité.

Si ce samedi matin le feu était complètement maîtrisé, une vingtaine de pompiers sont restés sur place pour "un travail chirurgical" sur les dernières braises et fumerolles, afin d'éviter tout nouveau départ de feu. "On sera encore là toute la journée et on prévoit aussi du monde la nuit prochaine", a indiqué Frédéric Tournaye, directeur adjoint du SDIS.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pyrénées-Atlantiques Incendie Feu
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants