2 min de lecture Histoire de France

Il y a 40 ans, un attentat antisémite vise la synagogue de la rue Copernic

RÉCIT - Le 3 octobre 1980, la synagogue de la rue Copernic à Paris a été la cible d'un attentat mortel, la première attaque antisémite de ce type depuis la Libération.

Des pompiers s'affairent, le 03 octobre 1980 à Paris, autour de véhicules détruits par l'explosion d'un engin explosif visant la synagogue de la rue Copernic.
Des pompiers s'affairent, le 03 octobre 1980 à Paris, autour de véhicules détruits par l'explosion d'un engin explosif visant la synagogue de la rue Copernic. Crédit : STF / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Depuis une semaine, plusieurs institutions juives de Paris - une école, une crèche, deux synagogues et le mémorial du martyr juif inconnu - ont été pris pour cible sans faire de victimes, quand survient, ce vendredi 3 octobre 1980, à 18h35, une violente explosion devant la synagogue de la rue Copernic à Paris

Près de 300 fidèles sont rassemblés pour célébrer l'entrer en shabbat. Suivant le rituel, le grand rabbin Williams est en train de lire la prière des morts. Dehors, dix kilos de pentrite explosent tuant quatre personnes en dehors de la synagogue : un passant, un motard, le gardien du bâtiment d'en face et une journaliste israélienne en visite à Paris. 

Quelque 40 blessés sont à déplorer. À l'intérieur de la synagogue, plongée dans le noir, le faux-plafond s'écroule. La rue est ravagée : des voitures sont carbonisées, des vitres ont explosé, des immeubles sont ébranlés. La communauté juive est confrontée à son premier attentat mortel depuis 1945

Un mouvement spontané de solidarité

Spontanément, quelques centaines de personnes se rassemblent devant la synagogue ravagée et crient "Giscard-Bonnet, complices, assassins". Ils reprochent au chef de l'État et à son ministre de l'Intérieur d'être impuissants. 

À lire aussi
justice
Affaire Sarah Halimi : pas de procès pour le meurtrier, jugé irresponsable de ses actes

Le Premier ministre Raymond Barre, avive la colère en déclarant, au micro de TF1, son "indignation" face à "cet attentat odieux qui voulait frapper des israélites qui se rendaient à la synagogue, et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic". 

Une nouvelle manifestation qui rassemble des milliers de manifestants a lieu le lendemain, samedi 4 octobre, l'appel de l'organisation "Renouveau juif". Ils réclament la "démission" du ministre de l'Intérieur. Simone Veil, présidente du Parlement européen à l'époque, est prise à partie par une dizaine de jeunes qui courent vers les grilles de l'Élysée. Le 7 octobre, une manifestation contre le fascisme, le racisme et l'antisémitisme rassemble 200.000 personnes à Paris. 

Le(s) responsable(s) inconnu(s) 40 ans après

Les dirigeants des Faisceaux nationalistes européens (FNE) plaident leur innocence dans cette attaque alors qu'un appel téléphonique anonyme à l'AFP revendique l'attentat au nom de cette organisation d'extrême-droite, comme cela avait déjà été le cas des cinq précédents attentats antisémites.

Les investigations n'ont jamais confirmé la piste fasciste. En revanche, les enquêteurs ont fini par se concentrer sur le terrorisme palestinien. Aujourd'hui, un seul suspect : le Libano-Canadien Hassan Diab, un ancien membre du FPLP (Front populaire de libération de la Palestine). Le parquet a fait appel du non-lieu dont il a bénéficié en 2018. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire de France Histoire Agression antisémite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants