1 min de lecture Justice

Hérault : un médecin jugé pour avoir fourni des drogues lors de "soirées festives"

Un médecin de Pézenas, dans l'Hérault, sera jugé le 22 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Béziers pour fourniture de drogues lors de soirées festives.

Le palais de justice de Béziers dans l'Hérault (illustration)
Le palais de justice de Béziers dans l'Hérault (illustration) Crédit : SYLVAIN THOMAS / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

10 ans de prison et 7,5 millions d'euros d'amende. C'est ce que risque un médecin de Pézenas, à l'issue de son procès qui aura lieu le 22 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Béziers pour acquisition, détention, cession et usage de produits stupéfiants lors de soirées "festives". 

Le généraliste a été placé en garde à vue mercredi 29 janvier et a été présenté au parquet vendredi 31 janvier. Il est poursuivi dans le cadre d'une "convocation par procès-verbal du procureur de la République avec placement sous contrôle judiciaire". Il est notamment dans l'obligation de payer une caution de 10.000 euros, a précisé le procureur de la République de Béziers Raphaël Balland. 

Durant plusieurs semaines, une enquête a été diligentée par la sûreté départementale de l'Hérault sous l'autorité du parquet de Béziers. Le médecin avait ainsi été placé en garde à vue, soupçonné d'avoir acheté puis revendu des drogues de synthèse à une quinzaine de personnes de son entourage depuis au moins deux ans. 

Il organisait des soirées au Cap d'Agde

19.000 euros ont été saisis sur les comptes bancaires du médecin et plus de 3.000 euros ont été découvert en espèces lors des perquisitions, ainsi que de la drogue de synthèse et de petites quantités de cocaïne et de cannabis

À lire aussi
Une urne et du gel hydroalcoolique (illustration) élections municipales
Municipales 2020 : une élection annulée à cause de l'abstention due à la Covid-19

Lors de l'enquête, plusieurs usagers des drogues de synthèse ont reconnu s'être fournis auprès de ce médecin à l'occasion de soirées "festives" qu'il organisait dans un logement lui appartenant au camp naturiste du Cap d'Agde. 

Le médecin a reconnu avoir acheté et revendu des produits stupéfiants pour "dépanner" des personnes de son entourage tout en minimisant les quantités estimées. Outre sa condamnation judiciaire, l'ordre départemental des médecins pourra décider d'éventuelles sanctions disciplinaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Drogue Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants