1 min de lecture Police

Grigny : une patrouille de policiers victime de tirs de mortiers

Dans un quartier de Grigny, dans l'Essonne, une patrouille de policiers a été la cible d'un guet-apens alors qu'elle s'apprêtait à contrôler un véhicule en excès de vitesse.

Grigny, en banlieue parisienne
Grigny, en banlieue parisienne Crédit : DR
Louis Rigaudière Journaliste

L'incident a failli virer au drame. Ce dimanche après-midi, aux alentours de 13 heures, une patrouille de police se lance à la poursuite d'un véhicule en excès de vitesse dans le quartier de la Grande-Borne, à Grigny dans l'Essonne

Pris en chasse, le conducteur de la voiture provoque un accident avec un autre automobiliste avant de prendre la fuite et d'abandonner des produits stupéfiants situés dans l'habitacle. Les policiers sur place décident donc de surveiller le véhicule et d'appeler des renforts. C'est à ce moment-là qu'un groupe de jeunes, armé de mortiers, vient s'attaquer aux policiers sur place, brûlant l'avant-bras de l'un d'entre eux. 

"Mon collègue avait les bras nus au moment des faits. Pour se dégager, il a dû faire usage de son arme en tirant vers le sol. Il souffre de brûlures et d’acouphènes. Il est actuellement sorti de l'hôpital mais reste très choqué par ce qu'il s'est passé", témoigne Claude Carillo, secrétaire Régional Adjoint du syndicat Alliance Police nationale, contacté par RTL.fr.  

"Ils n'ont plus peur de nous"

Le syndicaliste tire le signal d'alarme sur la situation des policiers dans ces quartiers sensibles. Il déplore le manque de moyens et les "problèmes liés à la justice" qui permettent aux délinquants de ne plus les craindre. 

À lire aussi
Une voiture de police au pied d'une tour d'immeuble (illustration) faits divers
Montpellier : alertée pour un braquage, la police intervient sur un tournage de film

"Ils n'ont plus peur de nous. La situation est catastrophique pour nos collègues qui doivent faire face chaque jour à cette ultra violence. Les guet-apens sont permanents. On peut dire aujourd'hui que, dans ces quartiers, la peur a changé de camps", ajoute-il. 

Une agression qui rappelle celle de Viry-Chatillon où deux policiers, victimes d'un guet-apens, avaient été gravement brûlés alors qu'ils surveillaient une caméra de surveillance. Une affaire qui avait profondément choqué l'ensemble de la corporation. Le procès des treize jeunes, accusés d'homicides sur personnes dépositaire de l'autorité publique, aura lieu du 15 octobre au 6 décembre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Agression Essonne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants