2 min de lecture Faits divers

Finistère : un enfant de 13 ans tué par balle en sortant de chez sa mère

VU DANS LA PRESSE - Un collégien a été tué par balle et son père, soupçonné d'être l'auteur de l'acte, a été retrouvé mort dans sa voiture. Une enquête est ouverte pour "assassinat".

Un enfant de 13 ans a été tué dans le Finistère, mercredi 18 décembre.
Un enfant de 13 ans a été tué dans le Finistère, mercredi 18 décembre. Crédit : AFP / DENIS CHARLET
Chloé
Chloé Richard-Le Bris et AFP

Alors qu’il sortait de chez sa mère pour prendre son bus pour aller au collège, à Plouarzel, près de Brest (Finistère), un garçon de 13 ans est mort d’un voire de plusieurs coups de feu, mercredi 18 décembre, aux alentours de 7h45. Une enquête a été ouverte pour "assassinat", a indiqué le procureur.


"Sa maman a réussi à s’enfuir chez des voisins", raconte le maire de la ville finistérienne, André Talarmin, à Ouest-France. Soupçonné d’être l’auteur de l’acte, le père de la victime est alors activement recherché. Mais c’est sa dépouille qui a été retrouvée, dans sa voiture, garée sur un parking non loin du lieu où le collégien a été tué. Le père semble s’être donné la mort en retournant l'arme contre lui.

Le mobile du meurtre n'était pas connu dans l'immédiat, selon le procureur qui a évoqué un conflit familial. 

Les parents étaient divorcés depuis deux ans. Le père, âgé de 48 ans et originaire de Saint-Malo selon Le Télégramme, vivait dans la commune voisine de Ploumoguer et travaillait à Thalès dans la région de Brest. Domiciliés à Plouarzel, le père et la mère, nés en 1971 et en 1976, travaillaient dans la même entreprise.

"C'est un couple séparé avec un monsieur qui apparemment souhaitait pouvoir recoller les morceaux". "Il y avait beaucoup de SMS", a relevé le procureur.

À lire aussi
Des boîtes de masques de protection. faits divers
Coronavirus : un homme mis en examen après la découverte de 23.000 masques

Inconnu du parquet de Brest, le père était soupçonné d'avoir dégradé le véhicule de son ex-compagne qui avait déposé une plainte en gendarmerie il y a une dizaine de jours. Une enquête était en cours. 

Au collège de Kerzouar, à Saint-Renan, où devait se rendre l'enfant, un dispositif psychologique a été mis en place, pour les élèves et le personnel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Bretagne Finistère
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants