1 min de lecture Police

Fausse couche après une garde à vue : "Il n'y a eu aucune violence", disent les syndicats

RÉACTION - Une femme enceinte affirme avoir perdu son enfant à l'issue d'une garde à vue musclée à Paris. Le ministre de l'Intérieur a demandé la suspension d'un policier mais ses collègues le défendent.

>
Fausse couche après une garde à vue : "aucune violence commise" selon un syndicat Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze édité par Paul Turban

Une femme d'une trentaine d'années, enceinte de deux mois, a affirmé avoir perdu son enfant après une garde à vue dans un commissariat parisien, selon les informations de RTL. Selon elle, un policier lui a porté des coups. À la demande du ministre de l’Intérieur, il a été suspendu par sa hiérarchie, le temps de faire la lumière sur cette affaire. 

Trois gardiens de la paix présents au moment de la garde à vue ont attesté noir sur blanc que la jeune femme n'avait reçu aucun coup. Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police FO, demande la réintégration du policier mis en cause. 

"On soutient à 200 % notre collègue, car aujourd'hui, les procès-verbaux et les vidéos attestent qu'il n'y a eu aucune violence commise. Ce n'est pas le fait de l'avoir placée dans la cellule de garde à vue qui a provoqué" la fausse couche, a expliqué à RTL l'élu syndical. 

"C'est deux poids, deux mesures. On essaye de se racheter une virginité au ministère de l'Intérieur par rapport à la triste affaire de Steve", mort noyé dans la Loire après une charge controversée de la police, a précisé Yves Lefebvre. 

À lire aussi
Le Mans faits divers
Le Mans : un médecin mis en examen pour agressions sexuelles sur des policières

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violence volontaire sur personne en état de grossesse", confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). La femme a déposé plainte mercredi 7 août.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Faits divers Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants