2 min de lecture Faits divers

Étudiant immolé à Lyon : des rassemblements organisés devant les Crous

Une trentaine de rassemblements sont prévus mardi 12 novembre devant les Crous de France pour protester contre la précarité, alors qu'un étudiant de 22 ans s'est immolé par le feu vendredi à Lyon.

Le Crous de Lyon, dans le VIIe arrondissement.
Le Crous de Lyon, dans le VIIe arrondissement. Crédit : Capture d'écran Google Maps
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Trois jours après le drame, la colère ne retombe pas. Plusieurs rassemblements sont prévus devant les Crous et lieux d'étude mardi 12 novembre, après qu'un étudiant s'est s'immolé à Lyon. 36 rassemblements sont prévus dans toute la France, à Paris, Bordeaux, Caen, Nantes, Avignon ou encore en Guyane. À Lyon, le rendez-vous est fixé à 10 heures au 59 rue de la Madeleine, au siège social du Crous de Lyon - Saint-Étienne, dans le VIIe arrondissement. 

C'est là que l'étudiant de 22 ans, originaire de Saint-Étienne a été grièvement brûlé après s'être immolé en pleine rue devant un restaurant universitaire. Le jeune homme, brûlé à 90%, se trouve actuellement "entre la vie et la mort" au Centre des brûlés de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, indiquent les fédérations syndicales étudiantes SUD-éducation et Solidaires.

Prévenue du geste de son compagnon par un SMS, c'est la petite amie de la victime qui avait alerté les services de secours. 

Les syndicats ont pour leur part dénoncé, dans un communiqué commun, "la précarité" de "la vie des étudiant-e-s". "Son acte ne saurait être réduit au seul désespoir, c'est aussi à la portée politique. Dans son message, notre camarade décrit la précarité qu'il subit, conséquence des politiques libérales, et le racisme quotidien", pointe le syndicat, qui souligne que "la précarité s'étend" et "broie de plus en plus de vies, y compris la vie des étudiant-e-s".

Nous n'avions pas connaissance de difficultés personnelles concernant cet étudiant

Nathalie Dompnier, la présidente de l'université Lyon 2
Partager la citation
À lire aussi
Gerrit Jan van D. vivait reclus avec sa famille dans cette ferme de Ruinerwold, province de Drenthe, aux Pays-Bas. faits divers
Pays-Bas : il battait ses enfants pour chasser les "mauvais esprits"

La présidente de l'université Lyon 2 a de son côté assuré à l'AFP que l'étudiant n'avait pas fait part de ses difficultés personnelles. "Nous n'avions pas connaissance de difficultés personnelles concernant cet étudiant, très impliqué au sein des instances de l'établissement", a déclaré Nathalie Dompnier, en précisant que le jeune homme ne percevait plus sa bourse car il "triplait" sa deuxième année de licence. "L’université lui exprime tout son soutien, ainsi qu'à sa famille, à ses proches et à tou.tes ses camarades", a écrit également la présidente dans un communiqué. 

Un dispositif de soutien psychologique a été mis en place avec les services d'urgence, tandis qu'une cellule d'écoute sera mise en place dès mardi sur le campus Porte des Alpes pour les étudiants et les équipes, ajoute-t-elle, en précisant qu'un numéro vert spécifique devrait aussi être mis en place la semaine prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Lyon Rhône-Alpes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants